Bienvenue visiteur, pour poster sur ce forum vous devez vous enregistrer.
Présentations Flux RSS Recherche
Pages : 1 2 3 4 5 6
[Fic]L\'Avènement des Dieux, Rebirth
heart earth
Modérateur
Messages : 10448


haut haut de page
[Fic]L'Avènement des Dieux, Rebirth posté le [10/06/2019] à 03:00

Chapitre 7 : Summoner Carnival



Spoiler :



Violet était réellement somptueuse dans sa robe blanche de satin, légèrement ouverte sur le côté pour laisser entrevoir ses jambes. Pour cette occasion, la présidente de la fédération avait attaché ses longs cheveux blonds derrière elle en un élégant chignon retenu par une broche dorée en forme de papillon. A ses oreilles pendaient deux magnifiques boucles d’oreille de cristal dont l’éclat parvenait à m’aveugler malgré la distance. J’ignorais si elle s’était préparée pour faire l’ouverture de la cérémonie ou directement pour le gala de clôture mais l’effet sembla au rendez-vous à en juger par le tonnerre d’applaudissement du public en liesse.

Il fallait dire que notre hôtesse dégageait un charisme certain. Elle saluait tout le stade avec un sourire rayonnant sur les lèvres, ne laissant aucun recoin dans l’oubli.

Cependant, ce sourire et cette attention particulière cachaient quelque chose. J’étais persuadé que Violet recherchait en réalité Hélios et Shadow parmi cette foule immense.

Tout à coup, la musique s’arrêta, les lumières se dissipèrent et il ne fallut qu’un seul geste de la main à Violet pour que le public ne se taise, ne laissant planer qu’un silence de mort sur le stade gigantesque.

Lentement, la présidente s’avança vers le micro au centre de la pelouse et prit la parole d’une voix lente mais enthousiaste.

« Chers amis Summoners et spectateurs, c’est avec une grande joie, mais également une grande émotion que je vous accueille aujourd’hui dans ce magnifique stade de France pour la vingtième édition du Summoner Carnival. »

Les projecteurs se braquèrent sur la jeune femme qui apparut en gros à l’écran et elle fut accueillie par un tonnerre d’applaudissements. Elle semblait non seulement très connue dans le monde entier, mais également très appréciée, de même que sa fédération.

« Comme chaque année, et depuis vingt ans désormais, nous, à la fédération Ether, nous avons pour but de découvrir et faire naitre de nouveaux jeunes talents. Comme vous le savez, il y deux décennies, une catastrophe liée au Kvantiki, l’énergie des Spiritual, a dévasté Tokyo. Notre but en tant que membres de la fédération Ether n’est pas de former des Summoners ni des guerriers, mais des protecteurs. Des protecteurs capables de maitriser le Kvantiki afin que plus jamais un tel drame ne se reproduise. L’année passée, nous avons eu plus d’un millier de candidatures et cela m’a ravi de voir autant de volonté de préserver ce monde qu’est le nôtre. Alors, cette année encore, j’espère que notre monde sera protégé des menaces qui le guettent grâce, non pas aux efforts de la fédération Ether, non pas grâce à mes efforts, mais grâce aux efforts de chaque personne qui s’efforce aujourd’hui de préserver demain. Cependant, ce n’est pas parce que nous formons des gardiens que non n’aimons pas le spectacle ! Je vous promets donc encore une fois des combats plus époustouflants les uns que les autres, ici, au Summoner Carnival que je déclare désormais ouvert ! »

Sous les ovations du public, un écran géant s’illumina et afficha les différentes poules du tournoi. Lorsque je vis notre nom, un frisson d’angoisse me parcourut l’échine, mais ce ne fut rien comparé au sentiment de peur qui m’envahit lorsque je repérai les noms d’Hélios et de Shadow…

Ceux-ci représentaient respectivement les équipes d’Héliopolis et Anglais et se trouvaient dans une autre poule que la nôtre, ce qui signifiait que si nous voulions les affronter, nous devions arriver en finale.

Nos premiers adversaires étaient d’autres étudiants français, une certaine team UWS, inconnue d’Angéla et de Darksky. Cette information me rassura un peu mais fut loin d’être suffisante pour dissiper le trac qui me paralysait littéralement sur le banc des stands.

Heureusement pour mon rythme cardiaque, nous n’étions pas dans le match d’ouverture. Cette corvée avait été confiée à une équipe allemande. Celle-ci affrontait une équipe japonaise qui, d’après les dires d’Angéla, s’était forgé un petit nom. En effet, l’équipe « Rising Hope », composée des frères Yamada, Reisuke et Hiroki, ainsi que de Namatame Hakaze, s’était toujours démarquée lors du Summoner Carnival mais n’avait malheureusement jamais remporté le tournoi…ou bien n’avait jamais voulu le remporter.

« Pauvres Allemands, ricana Angéla, un sourire moqueur aux lèvres. Je ne sais pas qui sont ces rigolos mais ils n’ont aucune chance.

– Leon Freud, Günter Hoffmann et Hanna Muller… Murmura Darksky. Je n’ai absolument jamais entendu parler d’eux…

-Personne n’a jamais entendu parler de toi non plus je te signale, railla la blonde, l’œil brillant.

-Et de toi non plus aux dernières nouvelles, grogna le garçon avec sa bonne humeur habituelle.

-Pour l’instant ! Une fois que nous aurons remporté ce tournoi, tout le monde me connaitra ! »

Je lâchai un long soupir. Les gradins n’étaient déjà pas assez bruyants qu’Angéla venait en rajouter une couche. J’appréciais beaucoup sa compagnie mais elle avait le don pour me mettre la pression au pire moment…

Je reportai mon attention sur le stade, tentant d’ignorer les remarques d’Angéla. Les six combattants s’avançaient fièrement sur la pelouse. Tous avaient l’air confiants en leur victoire, surtout les allemands. L’équipe japonaise, elle, semblait aussi organisée que la nôtre…

Alors qu’ils arrivaient au centre du stade, l’ainé des Yamada, Hiroki toujours selon Angéla, poussa en avant son frère dans un geste encourageant. Ce dernier, ne s’y attendant visiblement pas, trébucha et s’étala le nez dans le gazon aux pieds du podium tandis que je fille la jeune femme, Hakaze, détourner le regard, honteuse.

Violet se força à rire mais la gêne se lisait également sur son visage. Les allemands, quant à eux, s’amusaient de cette situation et leur confiance en eux ne fit que décupler devant cette scène ridicule.

« Quelle bande de bouffons, ils ne nous poseront aucun problème ! Ricana un grand homme blond que je devinais être Leon Freud.

-Ce sont eux les bouffons, je ne participe avec eux que car j’y suis contrainte, lui répondit Hakaze en haussant les épaules.

-Dans tous les cas, cette année, votre parcours s’arrêtera dès le premier tour car nous comptons bien nous emparer de votre titre ! S’exclama certainement Hannah Muller. »

Après cette brève salutation, Leon Freud ainsi qu’Hakaze se détachèrent du reste et prirent place au centre du stade.

L’homme, devant avoisiner la trentaine, était l’image typique que je me faisais des européens. Blond aux yeux bleus, mesurant près d’un mètre quatre-vingt-cinq et coiffé à la perfection. Hakaze, elle, était bien moins flamboyante mais non pas moins remarquable. La jeune femme portait une épaisse combinaison de cuir noir, à la façon des motards. Quelques mèches de cheveux bruns tombaient sur le milieu de son front et son visage fin était souligné par de magnifiques yeux vert émeraude.

Alors qu’un compte à rebours était lancé, Leon Freud fut entouré d’une légère aura dorée. Autour de ses mains apparurent comme des pattes griffues de lézards. Je compris à ce moment que l’homme était assez expérimenté pour convoquer un Spiritual dans sa forme physique.

Mais cela ne sembla pas impressionner Hakaze. Celle-ci se contenta de sortir de mettre la main dans sa veste et d’en ressortir un magnifique pendentif représentant un soleil. Aussitôt, une bourrasque de vent souffla sur le stade et ses yeux virèrent au rouge.

A peine le compte à rebours eut-il atteint zéro que Leon Freud se jeta sur son adversaire. Il tenta de lui asséner un coup de griffe dévastateur mais la brune se contenta de se décaler sur le côté pour esquiver l’attaque.

J’étais impressionné. A cette vitesse, personne n’aurait pu échapper à un coup pareil et l’incompréhension du combattant se lisait dans ses yeux.

Ce-dernier, croyant certainement à la chance, retenta la même attaque. Une fois de plus, ses griffes ne fendirent que de l’air.

Tout le monde s’était tut dans les gradins. Même Angéla avait enfin mis la sourdine et regardait le match avec intérêt. Des étoiles d’excitation dansaient dans ses yeux.

« Je suis désolée pour toi, mais la vitesse ne te sauvera pas dans un combat contre Zephyra, déclara calmement la jeune femme. »

Sans prendre le temps de lui répondre, Leon fit volte-face et tenta de la percuter d’un coup de pied. Hakaze se contenta de se pencher en arrière avec un soupir puis riposta d’un vif mouvement de la main qui envoya son adversaire dans le décor.

J’étais bouche bée devant sa force et Darksky, qui jusque là regardait du coin de l’œil, eut enfin l’air intéressé. Il fallait dire que le geste qu’elle avait exécuté était exactement le même que celui servant à chasser une mouche agaçante…

Fou de rage, son adversaire se releva et l’aura dorée qui l’entourait s’intensifia. Lorsqu’un long serpent noir et or apparut derrière lui, la foule l’acclama et un sourire confiant se dessina sur son visage.

« Je dois avouer que tu m’as surpris. Mais maintenant, fini de jouer ! Il est temps de te montrer la puissance de mon…

-Zephyra’s Light. »

Coupant la parole à son adversaire, Hakaze fut surgir de la paume de sa main un rayon lumineux semblable à ceux d’Angéla. L’attaque enveloppa entièrement le serpent géant et, lorsqu’il se dissipa, il ne restait de lui qu’un corps sans tête.

Leon Freud s’étrangla tandis que son monstre disparaissait dans un long nuage de poussière.

Sans même attendre le verdict du combat, la jeune femme tourna les talons et retourna s’asseoir dans les stands.

« Eh bien, eh bien, que de surprises cette année ! S’enthousiasma Violet au micro. Hakaze Namatame vient une fois de plus de nous prouver de manière magistrale que son équipe n’est pas à prendre à la légère !

-Quelle victoire, c’était qui ce guignol ? On aurait dit Aymeric… non, même lui est meilleur que ce représentant de l’Allemagne ! Ils n’avaient rien de mieux là-bas ?! S’étrangla Angéla.

-Il faut croire que non…ou alors il n’était pas en forme, qui sait, lui répondit Darksky en haussant les épaules. Même si je dois avouer que cette Hakaze n’était pas mauvaise non plus.

-Pas mauvaise ? Avoue que tu n’aurais pas tenu vingt secondes face à elle, s’amusa la jeune fille. »

Darksky ne releva pas et se concentra sur le nouveau match qui allait prendre place.

Bien que mes deux amis n’aient pas été impressionnés par cette prestation, j’étais toujours aussi angoissé. Même si Leon était mauvais d’après eux, je ne valais certainement pas mieux en combattant seul…

Quelle idée stupide avait eut Angéla en m’inscrivant à ce tournoi ? J’étais déjà incapable d’utiliser le moindre pouvoir et un concurrent capable de matérialiser un Spiritual venait de se faire vaincre en un seul coup !

Il était hors de question que je me ridiculise de la sorte en public…


Dix minutes plus tard, alors que je tournai en rond dans notre minuscule loge pour tenter d’évacuer le stress, le deuxième duel.

Cependant, alors que les deux nouveaux joueurs venaient d’entrer sur le terrain, à savoir Yamada Hiroki et Hannah Muller, mon regard fut attiré par deux hommes portant de longs manteaux rouges de l’autre côté du stade.

Mon sang se glaça. Il était là, assis au milieu de ses subordonnés, le roi fou, Hélios. Il regardait les matchs distraitement, et son regard était creux, comme si, mentalement, il était ailleurs, ce qui le rendait d’autant plus effrayant.

A ses côtés se tenait un homme qui se démarquait du reste. Sa coiffure était vraiment spéciale, c’était comme s’il avait tenté de se faire une coiffure banane mais que l’expérience avait raté et que désormais, sa longue mèche lui tombait lamentablement sur l’œil droit. Il portait également un long manteau marron qui se voyait de loin au milieu de la marée de manteaux pourpres.

« Ce type…Je ne penserai pas qu’il aurait le courage de revenir, marmonna Darksky.

-Tu le connais ? Lui demandai-je, intrigué.

-Oui, c’est le général de l’armée d’Hélios, le fameux Sawyer dont Ryoko vous a parlé. Il faut faire attention à lui, il est vraiment dangereux contrairement à tous ses sbires…

-Certainement, mais bon, ils n’ont pas l’air très doué dans leur famille. Si son père a été tué dans sa propre explosion, c’est qu’ils ne sont pas si dangereux que ça, lui répondit Angéla en haussant les épaules. »

Alors que le match était sur le point de commencer et que les combattants prenaient place à leur tour, je vis Darksky s’éclipser discrètement.

Angéla ne remarqua pas sa disparition. Elle était trop occupée à critiquer Hiroki qui se battait à mais nues et sans aucun pouvoir autre qu’une épée qu’il n’arrivait même pas à manier.

Cependant, j’avais le pressentiment que Darksky n’était pas parti simplement pour acheter quelque chose à boire. C’est pourquoi, je décidai de le prendre en filature.

Ce dernier sortit du stade et prit la direction d’une ruelle sombre adjacente, regardant furtivement de tous les côtés d’un air inquiet et préoccupé.

Que fabriquait-il ? Son comportant était plus que suspect…

Je me cachai derrière un mur et je passai la tête dans la rue que notre partenaire avait empruntée et je réprimai un hoquet de surprise.

Là, se tenaient deux hommes d’Hélios face à Darksky, le dévisageant avec un sourire cruel aux lèvres, deux monstres hideux semblables à ceux du Louvre se tenant derrière eux tandis que mon ami leur faisait face, serein.

« Alors Darksky, tu es venu finalement ? Je ne pensais pas que tu en aurais le courage, dit le premier.

-Oui je suis venu, mais si vous ne me dîtes pas pourquoi vous m’avez dérangé, je repars après vous avoir battu rapidement pour m’échauffer avant mon match.

-Du calme Darksky, maitre Hélios nous a dit de te dire que si tu ne revenais pas, il ne pourrait rien te promettre sur le sort de Marie ! »

Darksky recula et devint subitement livide. Ses mains se mirent à trembler et son regard s’agrandit sous le coup de la surprise et de l’incompréhension.

« Co…Comment ça ? Bégaya-t-il.

– Tu n’as toujours pas compris ?

– Insinuerais-tu que…

– Et oui ! C’est lui qui l’a enlevé. Comme ça, il pouvait te faire croire qu’il la sauverait. Il voulait garder un œil sur toi et tu es tombé dans le piège ! »

Le visage de mon ami se crispa et il serra le poing tandis qu’il continuait à regarder le sol. Je sentais une immense colère et une rage incontrôlable monter en lui.

« Vous…Bande d’ordures…Vous allez regretter ce que vous avez fait à Marie ! Rugit Darksky en activant ses pouvoirs, l’air déterminé à détruire tout ce qui se trouvait sur son chemin.

– Essaie un peu pour voir ! Nous t’attendons ! Ricana l’un des hommes en lui tenant tête. »

Je sortis alors de ma cachette à ce moment-là, prêt à l’arrêter s’il le fallait. Il était peut-être fort, à deux contre un, le duel semblait ne pas pencher en sa faveur… Enfin, compte tenu de mon niveau, mon seul espoir était de faire croire à ces ennemis que nous nous battions à armes égales…

Mon interruption soudaine sembla déstabiliser les hommes d’Hélios qui ne s’attendait visiblement pas à ce qu’il soit accompagné. Darksky resta néanmoins de marbre et continua à dévisager ses adversaires avec haine et mépris.

« Tu avais un complice ?

– Reste en dehors de tout ça Drago ! C’est une histoire entre eux et moi ! M’ordonna-t-il. Ils vont payer pour toutes ces années !

-Mais Darksky…Tentai-je.

-Ne t’en mêle pas je t’ai dit, tout cela ne te regarde pas ! »

Je reculai, choqué d’autant d’agressivité dans sa voix. Il n’était décidément pas dans son état normal. Cette révélation avait réveillé en lui une colère si grande que je ne pouvais rien faire pour l’arrêter. Je ne pouvais qu’attendre qu’elle cesse ou qu’il soit vaincu…

« Comme c’est touchant. Tu penses vraiment pouvoir nous battre tous les deux à toi tout seul ! Tu rêves ! »

Les deux horribles créatures se jetèrent sur mon coéquipier, toutes griffes dehors. Malgré son avertissement, je voulus le rejoindre mais je fus soudainement repoussé par une violente bourraque. Darksky sortit de son t-shirt un magnifique pendentif turquoise de forme ovale et scintillant comme un saphir.

L’atmosphère se refroidit d’un seul coup tandis qu’une épaisse brume se forma autour du garçon. Ses deux adversaires regardèrent autour d’eux, inquiet quand soudain, six yeux apparurent dans le brouillard, puis je vis un éclat de glace transpercer le monstre des hommes d’Hélios ainsi que les artéfacts qu’ils possédaient dans leur main, sous leurs regards d’incompréhension.

« Trichiona, Absolute Zéro ! »

Un rugissement assourdissant déchira la terre, le sol se mit à trembler et de la glace commença à se former sur le sol.

Un grand dragon de glace à trois têtes fit son apparition sur le terrain aux côtés de Darksky et poussa un rugissement déchirant les cieux. Il était à la fois magnifique, et terrifiant, une véritable beauté glaciale… et mortelle. L’armure qu’il portait reflétait comme un miroir les visages apeurés des deux hommes qui voyaient leur défaite arriver, inévitable.

« Ce n’est pas bon pour nous tout ça…On peut peut-être discuter Darksky…tu ne penses pas ?

-Hors de question, plus jamais je ne discuterai avec Hélios ou ses hommes ! »

Dans un souffle glacé, les deux hommes furent balayés se retrouvèrent face contre terre tandis que Darksky était toujours debout et son dragon ne disparaissait pas, de même que sa haine, il semblait même presque prêt à les tuer pour de bon.

« C’est terminé…

-Darksky ! »

Le jeune garçon se retourna vers moi et les deux guignols profitèrent de cette occasion pour prendre la poudre d’escampette sans demander leur reste.

Mon partenaire soupira puis désactiva ses pouvoirs. Tout sa rage semblait s’en être allée en même temps que les deux hommes.

Il sortit alors de sa poche un petit pendentif en forme d’aigle qui contenait une photo d’une jeune fille qui devait avoir près de dix ans à en juger par son visage rond et ses grands yeux brillants. Elle ressemblait beaucoup à Darksky, en plus jeune et en plus féminin, même si ses cheveux noirs étaient assez courts.

« Ils m’avaient promis de la sauver…Mais c’était des mensonges, murmura-t-il tristement.

-Que veux-tu dire ?

-Rien du tout, retournons plutôt au stade, les autres doivent nous attendre. Je n’aurais pas dû venir ici… »

Alors qu’il passait à côté de moi, j’agrippai sa manche et je le regardai dans les yeux. Il me rendit un regard bien plus vide que ce à quoi je m’attendais.

« Darksky.

-Je t’expliquerai plus tard, pour le moment, Angéla va finir par s’inquiéter si on ne rentre pas. »

Je ne tentai pas d’en savoir plus. A en juger par son expression et sa colère récente, il ne devait vraiment pas vouloir en parler pour le moment et je le laissai donc tranquille. Je savais par expérience que, dans cet état, il était impossible de faire entendre raison à quelqu’un.

En revenant au stade, Angéla n’avait pas bougé et continuait à râler contre le match. Heureusement, elle n’avait pas notifié notre absence.

Tout ce que je pus voir du match qui se déroulait fut la défaite d’Hannah Muller alors que son Spiritual, une sorte de griffon doré, se faisait trancher en deux par l’épée d’un chevalier blond en armure et aux airs assez ahuris…

« Je savais que je pouvais compter sur toi mon cher Medrawt ! S’exclama Hiroki.

-Que cette gueuse retienne la leçon. Nul ne peut s’amouracher de Messire Hiroki sans mon consentement ! Que trépasse le mal sous la lame de la justice ! »

Alors que le jeune homme fêtait sa victoire avec son chevalier étrange, je pus voir Hakaze dans les stands se frapper le visage de la paume de sa main d’un air dépité.

-Sérieux, il n’arrivait même pas à lever son épée il y a cinq minutes ! Ils sortent d’où ces concurrents ? d’une pochette surprise ? S’écria la jeune fille.

Sur la victoire éclatante de l’équipe Japonaise, Violet rendit l’antenne et le stade se vida rapidement. Nous avions peut-être raté le duel, mais selon Angéla, il ne valait pas le coup. On pouvait même voir mieux dans les tournois de son école qui n’était pas réputée la meilleure dans ce domaine.

Mais c’est alors qu’elle enchaina avec la question qu’il ne fallait pas aborder :

« Et sinon vous deux, où étiez-vous passés ? »

Darksky grimaça. Je voulais lui raconter ce qu’il s’était passé mais mon ami me coupa la parole avant que je n’en aie eu l’occasion.

« Le duel était tellement ennuyeux que j’ai préféré sortir prendre l’air et Drago avait l’air du même avis, rien de plus, déclara-t-il d’un air naturel. »

Angéla fronça les sourcils, visiblement peu convaincue par cette réponse mais elle n’eut pas l’occasion d’en demander davantage. Violet nous rejoignit rapidement, suivie d’Elwood et Ryoko. Tous trois avaient l’air épuisés par cette première journée. C’est pourquoi, nous ne parlâmes que très peu sur le chemin du retour, d’autant plus que les embouteillages interminables semblaient avoir mis Elwood sur les nerfs…

La soirée fut tellement chargée à cause de nos entrainements de dernière minute que je finis par oublier totalement l’histoire avec Darksky. Il fallait dire que chaque seconde qui passait me rapprochait potentiellement d’une humiliation mondiale et en directe. Je ne pouvais que prier pour que mes partenaires réussissent à vaincre leurs adversaires aisément…

Mais le lendemain, à peine étions-nous de retour dans les stands que je sentis que quelque chose clochait. Angéla avait perdu sa fougue et son ironie habituelle, comme si elle s’était enfin rendue compte des enjeux. Quant à Darksky, il semblait totalement ailleurs et ne se concentrait pas le moins du monde sur le match à venir.

Et moi… Je perdais tellement de litre d’eau à cause de la sueur que j’étais persuadé que j’allais finir déshydraté avant le début des combats. C’était de la folie pure et dure. J’en venais même à espérer que mes deux coéquipiers perdent rapidement pour qu’on en finisse au plus vite.

« C’est n’importe quoi… C’est de la folie… C’est du suicide… Répétai-je en boucle tout en tournant en rond. »

Angéla m’arrêta brutalement en se plaçant devant moi. Je tombai à la renverse, pestant contre tout et n’importe quoi.

« Du calme, tout va bien se passer ! Me lança-t-elle avec un sourire radieux. Darksky et moi on va leur montrer de quel bois on se chauffe ! Pas vrai Dark… »

A ce moment-là, nous remarquâmes tous les deux que le garçon manquait à l’appel. Mon cœur, qui battait déjà la chamade, s’emballa et je frôlai la crise cardiaque de peu. Angéla, comprenant subitement dans quelle galère nous nous trouvions, blêmit et m’attrapa fermement par les épaules.

« Drago, je compte sur toi pour gagner le match après moi ! S’exclama-t-elle, affolée.

-Mais ça ne va pas ?! M’étranglai-je. J’en suis incapable ! Je suis uniquement là en tant que troisième membre !

-On n’a pas le choix ! Les matchs commencent dans cinq minutes et…

-Fais durer le match aussi longtemps que possible, la coupai-je en me dégageant.

-Q…Quoi ? Qu’est-ce que…

-Je vais retrouver Darksky ! »

Sans en dire plus, je m’éloignai et laissai ma partenaire seule dans les stands, me traitant de tous les noms d’oiseaux existants.

Il ne me fallut pas beaucoup de temps avant de retrouver celui que nous cherchions. Il se trouvait simplement à l’intérieur du stade, devant un grand écran diffusant un match qui se déroulait en parallèle.

« Laura…Murmura-t-il, perdu dans ses pensées. »

Je serrai les dents lorsque je compris qu’il s’agissait de l’équipe de Shadow. Une jeune fille livrait un match contre un membre de l’équipe brésilienne. Aux premiers abords, elle ne semblait rien avoir de particulier. Elle devait avoir notre âge. Ses longs cheveux châtains étaient impeccablement coiffés à l’exception d’une longue mèche tombant entre ses deux yeux, verts comme le plus pur des émeraudes. Son visage possédait des traits doux mais son expression était dure… Implacable même.

J’avais l’impression de voir un animal sauvage, prêt à bondir sur sa proie et le déchiqueter sans aucune pitié.

Et pour le pauvre adversaire, c’était peut-être bel et bien le cas.

Ses vêtements étaient déchirés, il avait des bleus partout sur le corps et sa respiration était haletante, comme s’il luttait vraiment pour sa survie lors de ce combat. La peur se lisait dans ses yeux.

« S’il te plait, arrête, j’abandonne, je… »

La jeune fille n’écouta pas les supplications de l’homme et des éclats de glace noire fusèrent vers lui.

L’attaque toucha de plein fouet le joueur brésilien qui fut repoussé contre le mur du stade avant de tomber à terre, inconscient, devant les regards effarés des spectateurs, et du mien.

Alors voilà… Voilà quels allaient être nos adversaires… Nous n’avions réellement aucune chance, non seulement de victoire… mais aussi aucune chance de survie…

« Darksky, tu…

-Drago, prends ma place. »

J’écarquillai les yeux, interdit et tentai de le rappeler mais il était trop tard. Darksky avait déjà disparu, me laissant seul au milieu du couloir, désemparé et terrifié.






http://forum.duelingnetwork.com/index.php?/topic/157103-the-wrap-up-red-lust-circuit-series-miami-edition/#entry2134192
le bon temps…

heart earth
Modérateur
Messages : 10448


haut haut de page
[Fic]L'Avènement des Dieux, Rebirth posté le [10/06/2019] à 17:25

allez, voila un chapitre beaucoup plus rapide a réécrire que les autres, voila darksky le retour du retour 😉

Darksky, à la recherche de l’amitié disparue


Prologue



Spoiler :



L’amitié… Quel étrange sentiment. Irrationnel. Inexplicable. Incompréhensible. Elle nait au milieu des ténèbres, illumine nos vies et réchauffe nos cœur… Puis s’éteint, ne laissant derrière elle qu’un vide encore glacial que le néant où elle est née.

Oui. L’amitié est une étoile. Comme elle, elle prend naissance à partir de larmes, les condense et les efface pour former une entité perçant à travers la noirceur de la nuit. Tant qu’elle brille, nul ne craint les ténèbres. Et autour de cette unique source de lumière réconfortante s’agglomèrent des corps célestes qui sortent l’astre de sa solitude éternelle.

Cependant, tout comme une étoile, l’amitié n’est pas éternelle. Et lorsqu’elle meurt, celle-ci emporte avec elle tout ce qu’elle a créé dans une explosion de tristesse et de larmes, ces mêmes larmes qui lui avaient donné naissance.

Puis ces larmes, lorsqu’elles en rencontrent de nouvelle, reforment une nouvelle étoile, plus éclatante que la précédente mais aussi plus fragile. Tout cela dans un cycle presque éternel qui ne peut s’arrêter qu’une fois que toutes les larmes auront été consommées et qu’il ne reste plus qu’une coquille vide, dénuée de vie, dérivant sans but dans un univers infini, attendant simplement que la mort ne vienne la délivrer.

Penser connaitre le bonheur. Voir son monde s’effondrer. Retrouver l’espoir dans les yeux d’un être cher. Se le faire arracher. Sombrer dans le désespoir. Entrevoir une nouvelle lumière. Se raccrocher à elle. Puis la voir s’éteindre elle aussi. Et finalement s’enfermer dans un nuage de pensées noires pour ne plus succomber à ces lueurs si attrayantes et en même temps si destructrices.

Telle était la conclusion à laquelle j’étais finalement arrivé. Je n’étais plus qu’un nuage de poussière dérivant dans l’espace, les restes d’une étoile brillante autrefois plus fort que toutes les autres. Mais un nuage de gaz contentant encore en lui les souvenirs de l’astre qu’il avait été autrefois. Un nuage de gaz cherchant désespérément à retrouver ce qu’il avait perdu.

« Je te retrouverai, Marie. Même si je dois chercher pour l’éternité, même si je dois détruire mon corps et mon esprit, même si je dois vaincre la mort, je te ramènerai auprès de moi et t’extirperai de ce trou noir qui te retient prisonnière. Car c’est le serment que je LUI ai fait. »


Darksky : L’étincelle de lumière



Spoiler :


Dis Saya, je sais que tu ne peux pas m’entendre de là où tu es, mais je me demandais, je sais tout de toi, mais est-ce que je t’ai déjà parlé de moi ? Il ne me semble pas. Commençons donc par le début…

Mon véritable nom est Michael Duroi, même si tu m’as toujours appelé Darksky. Je sais, c’est étrange mais je garde ce nom en mémoire d’une personne qui a changé ma vie par le passé…

Mes parents étaient ornithologues, spécialisés dans les rapaces. Cependant, alors que je n’avais que dix ans, ces derniers sont partis en voyage au Pérou pour leurs recherches et ne sont jamais revenu.

Selon les autorités, ils avaient fait une chute mortelle du haut d’une cascade mais je savais que cela n’était pas vrai. Néanmoins, je n’avais pas le loisir d’élucider ce mystère.

En effet, depuis ce jour-là, je devais m’occuper de ma sœur de sept ans, Marie. Dans un premier temps, nous sommes allés habiter chez notre grand-mère mais cette dernière n’avait que très peu de moyens et j’ai donc préféré revenir à la maison lorsque j’eus onze ans.

Vivre seul n’était pas facile, surtout à cet âge, mais je me débrouillai, je n’avais pas le choix si je voulais nous faire vivre et ne pas peser sur le dos de Grand-mère qui avait déjà du mal à s’en sortir seule. A l’école, je faisais semblant de vivre normalement, prétendant que mes parents étaient souvent en voyage pour masquer le fait que nous n’avions plus personne.

Au début, tout allait bien, mais rapidement, le manque de revenu se fit ressentir. Il fallait que je trouve de quoi faire rentrer les fonds, et vite car, malgré la fortune de nos parents, elle n’était inépuisable, loin de là.

C’est alors que la providence mit sur ma route une annonce dans un journal dans laquelle un tournoi local organisé par la fédération Ether se déroulait dans ma ville natale, à Ronchin-sur-mer. La récompense était un artéfact contenant un puissant Spiritual, ainsi qu’une somme d’argent conséquente.

A cette époque, je n’avais aucune expérience ni en combat, ni en art martial. Je me souvenais simplement d’avoir déjà vu ma mère s’entrainer dans la réserve avec mon père. Tous deux avaient été de grands combattants dans leurs jeunesses. J’espérais donc que le spiritual qu’ils m’avaient légué serait suffisamment fort pour combler mes faiblesses.

Mes premiers essais ne furent pas glorieux. J’arrivais tout juste à matérialiser des lames d’airs, incapable de couper une feuille de papier. Mais à force d’acharnement et de volonté, je finis par maitriser plus ou moins ces pouvoirs, et ce, juste à temps pour le début du tournoi.


Le grand jour arrivé, je me rendis au terrain vague qui allait servir de stade pour nos combats puisque nous n’avions rien de tel dans notre petite ville.

Du monde était rassemblé, et il y avait tous les âges, des enfants comme moi aux vieillards en passant par les lycéens et les adultes. Je me sentis un peu ridicule tout à coup de penser que je pouvais remporter un tel tournoi avec à peine quelques jours d’entrainement alors que ces personnes combattaient peut-être depuis leur naissance…

Tandis que j’observai tous les concurrents, un peu intimidé, je fus bousculé par un garçon qui devait être un peu plus âgé que moi et je tombai sur l’herbe. Heureusement, je ne m’étais pas fait mal, mais j’étais très remonté contre lui à présent. Je m’apprêtai déjà à lui lancer une remarque cinglante, mais je n’en eus pas l’occasion. Une jeune fille aux cheveux rouges comme les flammes s’approcha de moi, l’air bienveillant et me tendit une main chaleureuse.

« J’espère que tu n’as rien de cassé, me dit-elle avec une grande douceur dans sa voix.

-Je…je ne crois pas, lui répondis-je en me remettant debout.

-Bien, c’est déjà ça. Je suis désolée pour Dan, ce type se croit le roi du monde.

-Comment ça le roi du monde ? Tu es juste jalouse de moi Miyako ! »

La dénommée Miyako soupira et se mit à courir après l’autre garçon en l’insultant et le menaçant.

Je continuai à regarder dans la direction dans laquelle ils étaient partis pendant quelques secondes, intrigués. Ils semblaient vraiment bien s’entendre, je les enviais au fond de moi puisque depuis la mort de mes parents, je ne pouvais plus être aussi insouciant…

Je n’eus pas le temps de souffler après cet incident car le tournoi commença immédiatement et je fus obligé de me prendre place pour ne pas être éliminé d’office.


Les combats s’enchainèrent rapidement, le niveau n’était pas très élevé. Après tout, cela aurait été étrange de voir un combattant professionnel dans une ville comme la nôtre. La fille aux cheveux rouges ne se débrouillait cependant pas si mal et avait même sorti le garçon arrogant qui, après sa défaite, alla râler auprès d’un autre, un peu plus âgé qui boudait dans son coin. Certainement son frère à en juger par leur ressemblance.

Cette dernière ne se retrouva cependant pas en finale car elle fut vaincue juste avant par une autre fille de mon âge du nom de Laura Garden.

Quant à moi, j’eus énormément de chance de ne tomber que sur des adversaires assez faibles, comme ce Denys Syracuse qui fonçait droit dans les premiers pièges tendus… Si bien que je réussis à atteindre la finale sans grande difficulté. Mais je savais que le plus dur restait à venir.

Je pris place face à mon adversaire, cette jeune fille brune, coiffée impeccablement à l’exception de cette petite mèche de cheveux lui tombant entre ses deux yeux verts comme des émeraudes et brillant comme tel. Elle était assez grande, même pour son âge, bien plus que moi et un grand sourire illuminait sa figure angélique. Mais je ne devais pas me laisser déconcentrer, je devais gagner ce tournoi coute que coute.

« Alors comme ça, tu es mon adversaire ? Je sens qu’on va s’amuser ! Miyako était vraiment très forte, j’espère que tu sauras me donner autant de fil à retordre qu’elle ! S’exclama-t-elle avec entrain.

-Vas-y Laura, on croit en toi ! S’écria un garçon dans l’assistance qui devait être son frère. »

Cependant, son manque de sérieux dans ce duel et son air décontracté me fit bouillonner. Elle n’avait aucune idée de pourquoi j’étais là, elle faisait simplement ce tournoi pour s’amuser…

« Je ne suis pas là pour m’amuser, je dois gagner ce tournoi ! Répliquai-je durement.

-Tu devrais te détendre un peu, le sort du monde n’est pas en jeu après tout, me répondit-elle en haussant les épaules.

-ça tu n’en as aucune idée…

-Très bien, puisque tu n’as pas l’air du genre sympathique, j’arrête, mais ne viens pas te plaindre quand tu auras perdu. »

Le présentateur eut à peine le temps de donner le top départ que Laura fonça sur moi avec une vitesse surhumaine. Je n’avais même pas encore activé mon médaillon que je reçus la chaussure de la jeune fille en plein dans la figure.

Je fis un vol plané en arrière mais réussit à retomber sur mes jambes grâce à mes pouvoirs. Laura poussa une exclamation de surprise en me voyant planer à quelques centimètres du sol.

Cependant, même si je me tenais debout, cette simple attaque m’avait bien amoché. Je devais rester extrêmement prudent si je ne voulais pas finir…

Je fus interrompu dans mes pensées par un vent violent et froid émanant de la main de mon adversaire. Lentement, je voyais du gel se former autour de mes habits…

Je resserrai immédiatement ma prise sur mon pendentif en forme d’aigle. Une puissante chaleur se dégagea de mon corps, me libérant de l’emprise de la glace et je contrattaquai.

Dans mes mains se forma une lame composée entièrement d’air que je brandis devant moi.

« Tu deviens sérieux ? Tant mieux, moi aussi ! S’exclama la brune, de plus en plus excitée par ce combat. »

Avec un cri de rage, je me jetai sur mon adversaire, bien décidé à la faire sortir du stade pour remporter la victoire en un seul coup.

Mais, alors que je ne me trouvai plus qu’à quelques centimètres d’elle, un large sourire fendit sa figure. Je ne compris que trop tard que j’étais tombé tout droit dans son piège.

Derrière elle s’éleva la forme d’un immense dragon de glace à trois têtes, entièrement recouvert d’une armure scintillante.

Dans la foule, des cris d’admiration et d’étonnement s’élevèrent tandis que, incapable de me rapprocher davantage, la créature m’asséna un violent coup de queue.

Je fus incapable d’encaisser l’attaque et fus projeté loin en dehors de l’arène.

« Un…Un spiritual…sous forme physique…M’étranglai-je juste avant de manger la poussière. »

J’avais perdu. C’était fini. Sans cette récompense, nous n’allions pas pouvoir nous débrouiller par nous-même… Il allait falloir que nous partions vivre ailleurs, sous la tutelle de quelqu’un…Cette défaite m’avait vraiment tout pris.

Cependant, je ne pouvais pas en vouloir à Laura, elle ne pouvait pas savoir. J’étais simplement en colère contre moi-même. J’avais été prétentieux de penser que je pouvais remporter ce tournoi. Jamais je n’aurais du tout misé là-dessus.

Lentement, je me relevai, la tête basse et je m’apprêtai à quitter le stade, cherchant un moyen d’annoncer à Marie la terrible nouvelle, lorsque j’entendis une voix appeler mon nom. Je me retournai et mon cœur rata un battement lorsque je vis Laura accourir vers moi, les bras chargés des récompenses du tournoi.

Que voulait-elle encore ? M’humilier encore plus alors que je n’avais plus rien ? Je ne savais pas ce qui me retenait de l’ignorer et partir en courant, mais je restai là et j’attendis qu’elle fût à ma hauteur.

« Que veux-tu ? Gagner ne te suffit pas, il faut en plus que tu viennes me narguer ?

-Et bien en fait, j’étais venue te donner ça. »

La jeune fille me tendit les deux récompenses qu’elle avait dans les bras avec un sourire. Trop choqué pour réagir, je me contentai de la dévisager.

« J’ai cru comprendre que tu en avais besoin mais si tu n’en veux pas, je les reprends.

-Pourquoi…fais-tu cela pour moi ?

-Je te l’ai dit, je participais à ce tournoi pour m’amuser, je me fiche de la récompense. Vas-y, prend les. On va dire que c’est un cadeau pour avoir livré un combat aussi amusant, cela faisait longtemps que je n’avais pas été obligée de recourir à Trichiona ! »

Tremblant, et craignant qu’elle ne reprenne son cadeau, j’attrapai l’artéfact de récompense ainsi que le chèque qui allait nous sauver et quelques larmes s’échappèrent de mes yeux.

« Merci…Merci Laura… Dis-je en la serrant dans mes bras. Tu viens de me sauver la vie, je ne l’oublierai jamais…

-Ce n’est rien, vraiment, dit-elle en rougissant.

-Voyez-vous ça, Laura qui fait ami-ami avec son adversaire, ma fille me surprendra toujours, déclara un grand homme aux cheveux noirs et en bataille.

-Papa, arrête ça, tu me fais honte ! Je suis certaine que tu n’as même pas regardé mon match !

-Désolé Laura, j’ai fait aussi vite que j’ai pu…Mais j’ai pu voir ta victoire…

-Je m’ne fiche ! Et dépêche-toi, maman ne va pas être contente si tu traines trop ! Lui répondit-elle en s’éloignant déjà. »

Avec un sourire moqueur, le père de ma nouvelle amie prit la suite de sa fille et me laissa seul. J’étais un peu triste de la voir s’éloigner de la sorte, au fond de moi, son geste m’avait vraiment touché.

Je me t’attardai cependant pas d’avantage ici pour aller annoncer la bonne nouvelle à ma sœur. Je trouvai cette dernière dans le parc, à jouer avec le chien des voisins comme à son habitude, et elle me lança un grand sourire en me voyant rentrer.

Je ne tournai pas autour du pot et je lui dis tout de suite et son visage s’illumina.

« Donc ça veut dire que tu as gagné le combat ? Me demanda-t-elle.

-Non pas vraiment, répondis-je un peu gêné, Laura qui me l’a donné après le tournoi.

-Qui est Laura ? C’est ta petite copine ?

-Non ! Pas du tout ! Me défendis-je. »

Je dus rougir en disant cela car Marie me regarda fixement avec ses yeux plein de malice.

« Ce n’est pas bien de mentir ! Lança ma sœur en riant.

-Mais arrête, c’est juste une amie ! »

J’étais surement devenu encore plus rouge qu’avant car elle se mit à rire de plus belle.

« Il est amoureux !

-Non ce n’est pas vrai !

-Si, si !

-Tu vas voir si je t’attrape ! »

Je courus après elle tout le reste de la journée, jusqu’à ce qu’elle s’endorme le soir, trop fatiguée pour continuer. Après l’avoir mise au lit, je redescendis dans la cuisine prendre mon diner et je repensai alors aux événements de cette journée.

J’avais encore du mal à croire que j’avais réussi…enfin, presque. Grâce à cette Laura, nous étions maintenant sortis d’affaire pour quelque temps, ce qui allait me permettre de souffler un peu. J’étais profondément reconnaissant envers la jeune fille et je voulais la revoir pour la remercier…mais je n’avais aucune idée de comment faire. Je ne savais rien d’elle à part son nom.

Je sortis alors son deuxième cadeau. Un pendentif ayant la forme de deux ailes sombres repliées l’une sur l’autre. J’ignorais de quoi était capable le Spiritual qu’il contenait mais je comptais bien le découvrir au plus vite.


Ainsi, je me levai de bonne heure le lendemain pour partir m’entrainer au parc de la ville. Ce parc était le point de rendez-vous de tous les combattant. J’avais l’habitude d’y aller souvent par le passé pour observer les matchs qui s’y déroulaient, mais, à la mort de nos parents, j’avais arrêté toutes ces activités.

Je trouvai un banc sur un côté et je me mis à regarder à nouveau mon pendentif. J’avais l’impression de posséder un trésor entre mes mains, et pas seulement parce que Laura me l’avait donné…

Cependant, alors que j’étais occupé à m’extasier devant ma nouvelle acquisition, deux garçons se placèrent juste devant moi et me dévisagèrent d’un air menaçant. Ils étaient tous les deux assez grands et musclés et m’intimidaient à me fixer de la sorte.

« Dis donc gamin, c’est un joli pendentif que tu as là. Tu l’as dérobé à qui ? Ricana le plus grand des deux.

-Dans tous les cas on s’en fiche, donne-le-nous et plus vite que ça ! A moins que tu ne veuilles nous montrer que tu peux nous battre en deux contre un ?

-Vous ne me faites pas peur…Grimaçai-je en repensant au combat contre Laura. »

C’était vrai. Je sortais d’un tournoi et ces deux là n’y avaient pas participé. Je n’avais aucune raison de les craindre alors que j’étais arrivé en finale…

« Il est courageux celui-là !

-Ou peut-être tout simplement stupide, on va voir ça tout de suite »

Alors que les deux garçons se mettaient en position pour se battre, une voix retentit dans le parc et tous les regards se tournèrent dans la direction d’où elle provenait.

« Vous n’apprendrez donc jamais, lança la nouvelle venue. Combien de fois devrai-je vous mettre au tapis pour que vous compreniez que vous vous battez aussi bien que des poulpes morts ? »

Je reconnus immédiatement cette voix et j’écarquillai les yeux, à la fois heureux et tendu.

Laura surgit d’une allée voisine, la démarche lente et élégante, les cheveux volant au vent qu’elle créait elle-même, ses yeux brillant dans la pénombre matinale.

« Vous ne semblez vraiment pas retenir la leçon alors peut-être que cette fois-ci, je devrais vous transformer vraiment en poulpe surgelé !

-Non, c’est inutile. Courage, Fuyons ! »

Sans demander leur reste, mes agresseurs désactivèrent leur pouvoir et prirent leur jambe à leur cou devant mon regard ébahi.

« Et dites à Dan que je l’attends s’il s’obstine à agresser les joueurs sans défense ! »

Je n’avais pas les mots. Visiblement Laura était connue dans ce parc, et particulièrement des voyous qui avaient l’air de la craindre.

Elle n’était pas seulement belle mais également très forte…Une minute, à quoi est-ce que je pensais moi ? Les discours de Marie ne pouvaient tout de même pas m’avoir convaincu…

« Ça ne va pas ? Tu as l’air bizarre.

-Non, non tout va bien… Balbutiai-je

-Tu me rassures, j’ai cru qu’ils t’avaient fait mal.

-Non, tu es arrivée juste à temps. Mais dis-moi, qui sont-ils ? Et comment se fait-il qu’ils aient peur de toi ?

-C’est une longue histoire…

-Vas-y, j’ai tout mon temps. »

Je n’osais pas lui avouer que je craignais qu’elle ne reparte aussitôt et que j’appréciais réellement sa compagnie. Rester à ses côtés était bien plus enrichissant que de tester simplement mon nouveau pouvoir avec des inconnus.

La jeune fille me sourit et sauta sur le banc pour s’asseoir à côté de moi.

« Ces deux abrutis s’appellent Brutus et Auguste. Ce sont les larbins d’un type peu recommandable qui s’appelle Daniel Yami. Je les vois souvent s’en prendre aux plus faibles pour les dépouiller de leur Spiritual et comme je n’ai rien de mieux à faire et que je déteste les injustices, je m’amuse à les remettre à leur place ! Depuis que j’ai congelé le poulpe que leur sert d’esprit, ils s’enfuient en courant dès qu’ils me voient !

-C’est tout ?

-Ce n’est déjà pas mal ; rétorqua-t-elle en gonflant les joues. Mais tu sais, tu aurais pu les battre toi aussi avec l’artéfact que je t’ai donné. Ils aboient beaucoup mais mordent peu.

-Tu…Tu le penses ?

-Evidemment ! Est-ce que tu sais au moins ce que tu as entre les mains ?

-Euh…

-C’est une relique antique, Ethon, l’aigle qui dévorait le foie de prométhée tous les jours selon la légende !

-Co…Comment ?! M’étranglai-je, abasourdi par cette révélation. Et tu me l’as donnée en sachant cela ? Mais… Pourquoi ?

-Comme tu as pu le voir, j’ai déjà Trichiona en ma possession. Je n’ai pas besoin d’un second Spiritual, me dit-elle en haussant les épaules. Mais d’après ce que j’ai vu, toi, ça ne te ferait pas de mal, Darksky !

-Darksky ? Répétai-je étonné.

-Eh bien oui, ce surnom va bien avec ton amulette je trouve. Tu n’aimes pas ?

-Si, c’est très bien, j’aime beaucoup…

-Bon et bien à partir de maintenant, je t’appellerai Darksky. Je dois rentrer maintenant, tâche de revenir demain, on s’amusera bien encore une fois !

Elle me donna une grande tape dans le dos puis s’en alla, me laissant planté au milieu du parc. Je n’arrivai toujours pas à comprendre ce qui se passait. C’est comme si l’arrivée de Laura dans ma vie avait en partie comblé le vide qui existait en moi depuis la disparition de nos parents. Laura était peut-être ce qui m’avait manqué pendant ces derniers mois : une vraie amie.

Je mis du temps à rentrer chez moi, flânant en ville, faisant de grands détours avant d’arriver enfin chez moi. Marie dormait toujours, je ne voulais pas la réveiller alors je pris la direction du bureau de mon père.

Il n’avait pas changé depuis leur disparition. Je n’avais voulu toucher à rien, comme si au fond de moi, j’espérais que mon père revienne et retrouve son bureau dans le même état qu’il l’avait laissé, dans le plus grand des désordres.

Cependant, j’aimais bien venir ici lorsque je voulais réfléchir. La pièce était calme, lumineuse et avait une magnifique vue sur notre jardin. C’était l’endroit idéal pour être au calme, loin de l’agitation de la ville.

Pour la première fois depuis des années, je repensai à la disparition de mes parents. Je sortis donc d’un tiroir tous les papiers de la police concernant l’affaire.

Evidemment, il n’y avait rien de bien intéressant selon les dires officiels. Mais j’avais toujours eu cette sensation que nous étions épiés, suivis même.

Je me souvenais parfaitement que ma mère n’était jamais sereine lorsqu’elle sortait dans la rue. Jusque-là, j’avais toujours pensé qu’elle s’inquiétait uniquement pour notre sécurité comme n’importe quel parent, mais son inquiétude était bien plus poussée que cela.

Elle était constamment sur ses gardes, tendue et sursautant au moindre geste brusque… Et en repensant, les entrainements de mes parents ne ressemblaient pas à de simples exercices de remise en forme. Il s’agissait plutôt de combats violents, comme s’ils se préparaient à affronter un ennemi très puissant…

Malheureusement, je n’avais absolument aucune preuve de ce que j’avançai à part des souvenirs d’enfance brumeux et flous. Il n’y avait aucun indice dans cette immense bâtisse qui aurait pu m’orienter vers la piste du meurtre plutôt que de l’accident…

Et puis, si cela était réellement un meurtre… Pourquoi eux ? Nous n’étions que de simples habitants d’une ville totalement perdue et sans histoire. Et lorsque j’avais demandé à ma grand-mère, elle n’avait aucun souvenir d’une quelconque personne qui aurait pu nous en vouloir…

« Je perds vraiment mon temps à réfléchir à de telles sottises, soupirai-je. »

Vers midi, je décidai d’aller réveiller ma sœur mais visiblement, elle n’avait pas eu besoin de moi car elle m’attendait déjà dans la cuisine, une tartine à la main.

« Tiens, toi tu as revu cette Laura ce matin, je me trompe ? Me lança-t-elle en guise de bonjour.

-Mais comment le sais-tu ? Demandai-je intrigué.

-Ça se voit sur ton visage. Tu as l’air plus heureux que d’habitude, comme hier.

-Si tu le dis…

La journée passa assez rapidement. Je jouais avec ma sœur pendant des heures sans voir le temps passer. Il fallait dire que j’étais tellement absorbé par nos problèmes du quotidien que ces moments passés en sa compagnies se faisaient de plus en plus rares. Alors je profitais au maximum de ces moments d’insouciance en sa compagnie qui me rappelaient des jours plus doux. Contrairement à moi, Marie avait su garder sa bonne humeur et sa joie de vivre après la disparition de nos parents et c’était ce qui me permettait en grande partie de tenir le choc chaque jour.


Le lendemain, je retournai au parc dans l’espoir de retrouver Laura. Sans grande surprise, Elle était là, en train de disputer un match. Mais à peine me vit-elle qu’elle interrompit son combat et planta son adversaire au milieu de la pelouse pour me rejoindre.

« Parfait, tu es là !

-B…Bonjour toi aussi, Laura…

-Plus tard les salutations, j’ai quelque chose d’incroyable à te montrer ! Suis-moi.

Sans me laisser protester, la jeune fille me prit par le bras et m’entraina à sa suite en courant dans les rues. Je ne comprenais pas où elle voulait en venir mais je me laissai simplement faire.

Elle m’entraina tout d’abord vers la plage. Cependant, elle ne s’arrêta pas là où tous les touristes venaient passer leurs vacances mais continua sa route sur un petit sentier non goudronné. Là, mon amie s’engouffra entre les branches des arbustes et je fis de même.

Les branchages et les feuillages craquèrent sous mes pas et la pente était raide. Mais Laura semblait monter sans aucune difficulté.

Une fois au sommet, je fuis ébloui par le paysage qui se tenait sous mes pieds. Je me trouvais sur la falaise qui surplombait la ville. Elle était visible de n’importe où mais c’était la première fois que je venais ici, j’avais toujours pensé que l’endroit était interdit au public…

L’endroit était resté très sauvage malgré la proximité avec les habitations. Les plantes, les arbres et les fleurs envahissaient l’endroit tandis qu’aucun bruit de moteur ne parvenait jusqu’ici.

Vue de cette hauteur, la ville ressemblait vraiment à une maison de poupée. En contrebas, la mer se fracassait avec violence contre les rochers, tandis qu’au loin, je pouvais voir le soleil briller haut dans le ciel et se refléter sur une mer d’huile, la faisant scintiller comme un joyau.

J’inspirai un grand coup et une odeur de sel et de poisson m’arriva dans les narines, odeur qu’il n’y avait pas sur la plage.

Le vent soufflait fort également et faisait danser les cheveux soyeux de Laura. Elle était vraiment belle, encore plus d’habitude si c’était possible. Dans cet environnement, elle semblait s’épanouir bien plus qu’en ville, comme une fleur sauvage.

« C’est ici que tout a commencé… Commença-t-elle d’une voix mélancolique. »

Je ne comprenais pas ce qu’elle voulait dire, mais je n’osais pas l’interrompre.

« Il y a quelques temps, j’étais venue ici pour passer le temps comme je le faisais souvent… J’avais simplement besoin de m’éloigner de la pression et du stress du quotidien. Je dois t’avouer que je n’aime vraiment pas les ambiances froides des compétitions et ce genre de choses, alors je préfère m’en tenir éloignée la plupart du temps…

-Vraiment ? Pourtant tu avais l’air totalement dans ton élément au tournoi…

-C’est vrai, s’amusa-t-elle en riant légèrement. Mais cela n’a changé que très récemment… Lorsque je l’ai trouvé. »

Laura sortit de son col le petit pendentif de saphir et le leva face au soleil couchant. La pierre précieuse se mit à flamboyer comme un véritable joyau.

« J’ai trouvé cette pierre sur cette même falaise il y a quelques temps. Elle était simplement dissimulée sous un buisson. Je l’ai prise et ma vie a changé du tout au tout. Le lien entre Trichiona et moi s’est immédiatement établi et je suis rapidement devenue la meilleure Summoner de mon quartier. »

Mon amie tourna alors son regard vers moi et me lança un sourire rempli de tendresse… et de joie.

« Nous sommes vraiment similaires j’ai l’impression. Ces deux artéfacts que nous possédons…Ils représentent tous deux la même chose, notre espoir. Le mien était de trouver un but et une passion. Le tien était d’aider ta sœur.

-Laura…

-Enfin, je n’aime pas vraiment repenser à cette époque, je suis heureuse maintenant, c’est tout ce qui compte !

-Oui, je te comprends, moi non plus, je n’aime pas repenser aux dernières années où j’ai dû me débrouiller seul… »

Je ne pus m’empêcher de sourire à mon tour. Oui. Laura et moi étions similaires même si un monde nous séparait. Nous nous comprenions mutuellement, et ce, même sans nous connaitre réellement. Après tout, nous ne nous étions rencontrés moins d’une semaine auparavant mais j’avais l’impression que nous nous étions toujours connus… Comme si nous nous étions croisés de nombreuses fois sans jamais nous parler…

« Par contre, ça n’a aucun rapport avec tout ça, mais j’ai une question qui me brûle les lèvres depuis deux jours Darksky. Ton école, c’est bien l’école Chéparde ? Reprit-elle en me tirant de mes pensées.

-Oui, pourquoi ? Et comment tu sais ça toi ? Demandai-je étonné.

-Bah, il se trouve que j’y suis aussi. »

L’information mit plusieurs secondes à arriver au cerveau, si bien que je fixai mon amie avec un air stupide qui la fit rire aux éclats.

« Nous ne sommes pas dans la même classe non plus, mais j’ai vu ça hier sur l’annuaire de l’école, je voulais simplement m’assurer qu’il s’agissait bien de toi. »

Je ne savais même pas pourquoi j’étais étonné. Cela n’avait rien de surprenant, il n’y avait que deux écoles en ville, la probabilité que Laura fût dans la même que la mienne était donc très grande…mais quand même, c’était étrange de penser que je l’avais peut-être réellement croisée des dizaines de fois sans la remarquer alors que désormais, elle était la première personne que je voyais dès que j’allais au parc…

« Eh, Darksky, tu es toujours là ?

-O…Oui, je me disais simplement…c’est amusant qu’on soit dans la même école.

-Tu l’as dit, on va pouvoir se voir tous les jours maintenant ! »

Je rougis lorsqu’elle prononça ces mots. Elle avait raison, j’allais pouvoir passer mes journées avec elle plutôt que de rester seul dans mon coin pendant les heures de pause…

Nous restâmes sur cette falaise toute la journée à nous moquer de nos professeurs, de la cantine et de nous-mêmes en cours.

Nous nous séparâmes assez tard ce soir-là, bien après la tombée de la nuit. Cependant, nous nous étions donnés rendez-vous le lendemain devant l’entrée de l’école.

La première chose que je fis en arrivant à la maison fut d’écrire. Je ne sais pas ce qui m’avait pris ce soir-là, mais les mots venaient tout seuls, je n’avais pas besoin de réfléchir. Evidemment, lorsque Marie passa dans ma chambre pour regarder ce que je faisais, elle ne manqua pas l’occasion pour se moquer, mais je l’ignorai, trop concentré sur mon poème.

Je dus finir par m’endormir sur le poème car, le lendemain, lorsque le réveil sonna, j’étais toujours à ma table de travail, la lumière allumée et le style ouvert.

Malgré la fatigue, je me remis debout en une seconde, je pris une douche en vitesse, passai réveiller Marie, puis nous partîmes tous les deux pour l’école. Une fois arrivés devant le portail, ma sœur rejoignit ses amies tandis que je m’installai pour attendre Laura.

Je reçus soudain une tape amicale dans le dos et, en me retournant, je la vis, dans l’uniforme de l’école, une barrette tenant ses cheveux soigneusement coiffés. Elle m’adressait un sourire chaleureux et je lui rendis.

« Salut Darksky ! Lança-t-elle immédiatement.

-Bonjour Laura, lui répondis-je, heureux de la voir.

La cloche sonna au même moment et Laura regarda l’heure, affolée. »

« Quoi, tu es arrivé aussi tard ? Tu crains tu sais !

-Hein, mais je…

-Pas le temps de parler, il faut se dépêcher, je ne tiens pas à passer le cours dehors ! S’exclama-t-elle en m’agrippant la manche et m’entrainant à sa suite. »

Et c’est ainsi que commença ma nouvelle vie aux côtés de Laura, Saya. J’aurais tant aimé que cette vie dure éternellement…






http://forum.duelingnetwork.com/index.php?/topic/157103-the-wrap-up-red-lust-circuit-series-miami-edition/#entry2134192
le bon temps…

heart earth
Modérateur
Messages : 10448


haut haut de page
[Fic]L'Avènement des Dieux, Rebirth posté le [13/06/2019] à 16:01

Darksky : La lumière d’une étoile



Spoiler :



Comme tous les jours, j’attendais Laura à la sortie des cours. Elle était plutôt populaire auprès des filles et des garçons de sa classe, si bien que j’en étais un peu jaloux parfois. Mais, lorsque je la voyais leur dire au revoir pour venir me rejoindre, mes craintes se dissipaient et je l’accueillais avec un grand sourire, qu’elle me rendrait.

« Tu n’es jamais en cours toi ? Me lança-t-elle en riant.

-C’est toi, tu traines tellement que j’aurais le temps d’aller au parc faire un duel et revenir que tu ne serais pas encore sortie, rétorquai-je.

-Voilà qu’il fait sa crise de jalousie, si c’est comme ça, je rentre moi ! »

Faisant mine de bouder, Laura commença à me tourner le dos et partir sans m’attendre. Pour toute réponse, je partis dans l’autre direction.

Au bout de dix secondes, j’entendis des pas rapides dans ma direction et je me retournais en souriant pour voir Laura me regarder, les joues gonflées comme elle le faisait quand elle mécontente. Elle ne gagnait jamais quand elle faisait ça.

« Tu n’es pas drôle tu sais ! Râla-t-elle. Tu étais censé me courir après et me supplier de te pardonner !

-Est-ce que tu me vois vraiment faire ça ?

-En fait non, ne le fais pas, je penserais que tu serais devenu fou.

-Ce n’est pas très sympa ça ! Protestai-je. »

Laura me tira la langue puis, après m’avoir donné une petite tape sur l’épaule, elle m’entraina à sa suite au parc comme chaque jour.

Là-bas, nous retrouvâmes nos deux amis Brutus et Auguste mais ces derniers ne fuirent pas à notre arrivée pour une fois mais se contentèrent de se cacher derrière un grand garçon que je reconnus aussitôt. C’était ce type qui m’avait bousculé à ce tournoi !

Ce dernier nous dévisagea durement en nous voyant et sembla nous examiner, mais Laura lui rendit son regard froid et impitoyable, ce qui le surprit. Il ne devait pas avoir l’habitude qu’on lui tienne tête. Mais il n’avait jamais rencontré Laura non plus et je savais à quel point elle pouvait être terrifiante quand elle était en colère contre ces voyous.

« C’est donc toi la fameuse Laura qui a vaincu ces deux incapables des dizaines de fois ? Lança-t-il d’un ton glacial.

-Oh, c’est donc toi le fameux Dan qui sait qu’il utilise des incapables pour parvenir à ses fins ? Rétorqua Laura sur le même ton.

Le dénommé Dan écarquilla les yeux de surprise et Laura afficha un petit sourire satisfait. Son sang-froid m’impressionnait. Ce type était la terreur du parc, mais elle lui faisait face comme à n’importe qui, elle ne semblait nullement inquiète ou en colère. Elle le traitait comme n’importe quel voyou de bas étage.

En vérité, il n’était pas si terrifiant que ça. Même si sa carrure était assez imposante, il devait avoir à peine un an de plus que nous mais ne dépassait mon amie que de quelques centimètres. Son visage, bien que durci par ses traits, était celui d’un enfant plutôt rondouillet et sa coiffure, celle des beaux quartiers. Ses habits trahissaient également qu’il n’était pas la terreur des bacs à sable qu’il prétendait être.

« J’aime ton audace, tu dois être la seule personne qui ose me tenir tête et…

-Daniel ! »

Le nom de notre adversaire retentit dans le parc et ce dernier grimaça. Un instant plus tard, un grand garçon un peu plus âgé que lui, aux cheveux noir ébène tombant sur ses yeux tout aussi sombres débarqua. Il avait un physique assez similaire à celui de la prétendue brute et à en juger par son uniforme, il devait être au collège.

Il se planta entre Dan et nous et resta là, les bras croisés, à dévisager l’autre garçon qui essayait de s’enfuir.

« Qu’est-ce que tu fabriques encore toi ? Tu t’amuses à terroriser les plus jeunes ?

-No…Non, pas du tout ! Ce sont eux qui sont venus embêter Brutus et Auguste, je voulais juste…

-Arrête, ça ne prend pas avec moi ! L’interrompit le garçon. Tu vas me faire le plaisir de rentrer à la maison et faire tes devoirs !

-Mais…

-Pas de mais, tu y vas et on en reparlera après ! »

Dan jura mais se plia à l’ordre du garçon qui continua à le fixer avec son regard menaçant jusqu’à ce qu’il soit hors de vue puis ce dernier reporta son attention sur Brutus et Auguste qui ne demandèrent pas leur reste et s’enfuirent en courant.

Il se détendit ensuite et soupira longuement.

« Tu es irrécupérable Dan, tu devrais écouter ce que te dis Miyako, elle a raison…

-Euh…Excuse-moi, mais à qui ai-je l’honneur ? Demanda alors Laura, frustrée qu’on ait fait son travail à sa place.

-Oh, je ne me suis pas présenté. Je suis le frère de Daniel, Hiroki Yami. Je suis sincèrement désolé pour les ennuis qu’il cause…

-Non…Vraiment, ce n’est rien, ça nous occupe de remettre ces guignols à leur place

-Tant mieux, au moins mon bon à rien de frère divertit quelques personnes, répondit-il avec un léger sourire. Enfin, je ne vous embête pas plus que Daniel ne l’a déjà fait, passez une bonne journée tous les deux, et au plaisir de vous revoir. »

Le grand garçon s’en alla à son tour, nous laissant seuls, tous les deux. Laura ne semblait pas ravie de ne pas avoir pu mettre leur raclée quotidienne à ces deux brutes et gonflait les joues en croisant les bras et fronçant les sourcils. La voir ainsi me faisait toujours rire, autant par son expression que par l’exagération qu’elle faisait des choses.

« Si c’est comme ça, qu’ils se débrouillent tout seuls, moi je m’en vais ! S’exclama Laura en tournant le dos au parc.

-Ils se débrouillent déjà tout seuls, Laura…

-Tu es de leur côté en plus ? Très bien, pour la peine tu vas devoir venir avec moi faire un peu de Shopping !

-Quoi ? Tu n’as rien de plus amusant à faire ? Rétorquai-je, craignant déjà ce qui allait m’arriver.

-Si, mais tu n’avais qu’à pas me chercher ! Répliqua-t-elle.

-Bah, si c’est comme ça, je rentre moi ! »

Je commençai déjà à tourner les talons, lorsque, ne pouvant plus se retenir, Laura éclata de rire, m’entrainant avec elle.

Nous nous esclaffâmes ainsi pendant plusieurs minutes, incapables de nous calmer et de retrouver notre sérieux. Ce fut finalement le manque d’air qui nous obligea à arrêter.

« Tu es vraiment stupide Darksky, tu sais ça ? Me lança Laura joyeusement.

-Tu n’es pas mieux que moi je te signale !

-Oui, j’imagine, au moins on se complète bien comme ça ! »

Finalement, nous finîmes simplement par aller acheter une glace pour la savourer sur la falaise. C’était notre base secrète, un endroit rien qu’à nous, où nous pouvions nous amuser sans être dérangés. J’avais d’ailleurs souvent demandé à Laura pourquoi personne ne venait ici, mais elle n’avait pas non plus de réponse.

Les gens ne savaient décidemment pas ce qu’ils rataient. La vue était magnifique comme toujours depuis notre belvédère. Je voyais le même spectacle chaque jour et pourtant, je ne m’en lassai jamais. Au crépuscule, l’astre de feu plongeait dans une mer rougeoyante et embrasait les vagues de sa chaleur tendre et réconfortante.

La falaise elle-même semblait se métamorphoser à la tombée du jour. Alors que des ombres inquiétantes s’allongeaient lentement, la pierre de granit scintillait de mille feux comme un véritable joyau.

Un vent chaud et salé caressait avec douceur ma peau et m’apportait toutes les odeurs de l’océan, éloignant les fumées de pot d’échappement et la pollution de la ville.

Tout était calme. Seul le fracas des vagues s’écrasant violemment contre la paroi venait briser le silence majestueux qui régnait en ce lieu magique.

« Tu sais Darksky, je suis vraiment heureuse de t’avoir rencontré ; déclara soudainement Laura en me tirant de mes rêveries. »

Je faillis m’étrangler avec ma glace sous le coup de la surprise. Mon amie gloussa devant ma réaction.

« Même si j’ai beaucoup d’amis à l’école, je n’ai jamais trouvé le courage de leur proposer de m’accompagner ici.

-Vraiment ? Pourtant, je viens ici depuis le début…

-Tu es le premier à poser les pieds sur cette falaise à part moi. Avant, c’était mon coin secret, le lieu où je pouvais venir lorsque j’étais triste ou angoissée. Mais à présent que tu es là, je crois que tout cela est compromis désormais, me dit-elle en souriant.

-Je dois t’avouer que sans toi, je ne sais pas où j’en serais actuellement, répondis-je sincèrement. J’aurais sûrement continué à vivre ma vie, loin des autres, dans mon coin…

-Dans ce cas-là, nous sommes quittes ! Affirma-t-elle. »

Nous restâmes sur la falaise jusqu’au coucher du soleil à parler de tout et de rien comme chaque jour. Nous étions simplement heureux d’être tous les deux, seuls dans notre base secrète.

Puis je raccompagnai Laura jusqu’à l’école, et de là, nous prîmes chacun un chemin séparé. En vérité, je n’étais jamais allé chez elle, et elle n’était jamais allée chez moi, mais nous savions tous les deux où l’autre habitait.

En rentrant chez moi, je retrouvai Marie qui avait déjà préparé le diner et elle m’embêta comme toujours avec Laura.

Et ainsi passèrent les jours, puis les semaines et les mois. Tout était parfait, j’étais heureux de passer autant de temps avec ma seule amie, sur la falaise ou au parc. Notre quotidien, bien que répétitif, devenait rapidement unique avec la présence de Laura pour égayer chaque journée. Cependant, ma vie bascula radicalement en un seul jour, un jour resté gravé dans ma mémoire…


C’était une journée comme les autres. Je sortais de cours et je m’apprêtais à aller chercher Laura devant sa classe lorsqu’une fille aux longs cheveux noirs que je ne connaissais pas entra dans ma salle et demanda à la déléguée de me voir. Elle semblait assez inquiète et son regard s’éclaira légèrement lorsqu’elle arriva à ma hauteur.

« Tu es bien Michael Duroi ? Me demanda-t-elle immédiatement.

-Oui, c’est bien moi, il y a un problème ?

-En fait…je me demandais…est-ce que tu saurais où se trouve Laura ?

-Laura ? J’allais justement passer la prendre et…

-Elle n’est pas venue en cours aujourd’hui… M’interrompit-elle, l’air effrayée.

-Vraiment ? Elle doit simplement être malade ou alors…

-Non ! Nous avons déjà essayé de la joindre pendant la pause, mais personne ne répond chez elle ! Et surtout, quand le professeur a fait l’appel, il a notifié son absence mais n’a rien demandé de plus ! »

Je lâchai mon cartable et mon sang se glaça tandis que je pensais déjà au pire. Mes mains se mirent à trembler et quelques gouttes de sueur perlèrent de mon front.

Ce n’était pas normal, Laura venait toujours à l’école, même en étant malade avec trente-huit de de fièvre, ce n’était pas son genre de disparaitre ainsi…

« Michael, je suis inquiète, tu es son meilleur ami ? Tu devrais savoir où elle se trouve ?

-Je…je… »

Je ne savais pas…Laura était encore en pleine forme la veille, nous avions même donné une bonne raclée à ces brutes avant de passer sur la falaise comme chaque jour…si elle était mal, je l’aurais remarqué ! Non, elle n’était certainement pas simplement malade…

« Dé…désolé, je dois y aller ! »

Sans attendre davantage, je me précipitai hors de la salle de classe en courant. Si Laura n’était pas malade, mais qu’elle n’était pas chez elle non plus, il n’y avait pas trente-six endroits où elle pouvait se trouver et j’espérais sincèrement me tromper…

Après dix minutes de sprint à travers les rues de la ville, j’arrivai finalement au parc, essoufflé et je vis Dan assis dans son coin, les bras croisés, regardant le sol fixement. Ce dernier répétait en boucle le nom de Miyako, cette fille que nous avions rencontrée lors du tournoi.

Sans hésiter, je me précipitai sur lui et ce dernier réagit à peine lorsqu’il me vit.

« Oh, c’est toi Darksky, lança-t-il d’une voix monocorde. Je suis désolé, je ne suis pas d’humeur à me battre avec toi aujourd’hui…

-Je n’irai pas par quatre chemins, tu as fait du mal à Laura ? Lançai-je agressivement.

-Laura ? Répéta-t-il, comme perdu. Elle est bien passée tout à l’heure…

-Et où est-elle maintenant ? M’exclamai-je.

-Je ne sais pas, elle semblait perdue dans ses pensées et avait le regard vide. Elle n’a même pas pris la peine de nous remettre à notre place avant de repartir vers la plage.

-Vers…la plage tu dis ? »

Un déclic se fit à ce moment-là dans ma tête. Je devinais aisément où se trouvait Laura à présent. Je repartis donc aussitôt vers notre base secrète, notre coin à nous seuls, l’endroit où personne ne venait nous déranger, cette grande falaise surplombant la ville. Cependant, je n’étais pas plus serein. Jamais je n’avais vu Laura triste, elle avait toujours son sourire éclatant avec moi. Il fallait que je sache ce qu’il se passait…

Je gravis la petite pente menant au sommet, puis, après avoir slalomé entre les branches et les fougères, j’arrivai finalement en haut.

C’est là que je la vis. Laura était bien là, assise sur le rebord, fixant la vaste mer s’étendant à ses pieds devant un soleil rouge embrasant la mer de ses rayons crépusculaires.

Mon amie ne portait pas l’uniforme de l’école mais un simple tee-shirt blanc et une jupe courte. Ses cheveux châtains volaient librement au gré du vent mais elle ne prenait pas la peine de se recoiffer comme elle le faisait habituellement. Elle restait simplement là, immobile face à la mer, me tournant le dos.

« Laura… »

La jeune fille se retourna et ce que je vis me fit l’effet d’un poignard en plein cœur. Comme le disait Brutus, son regard, d’ordinaire si éclatant et rempli d’espoir, était vide, dénué de vie et d’émotion. Mais à côté de cela, ils étaient également rouges vifs comme si elle avait pleuré longtemps…

Ce fut un vrai choc de la voir dans cet état, elle que je n’avais connu que joyeuse ou en colère contre Brutus et Auguste, je n’arrivai pas à l’imaginer triste, mais maintenant que je la voyais ainsi, cela m’était d’autant plus pénible.

« Ah, Darksky, je me doutais bien que tu finirais par venir ici ; me répondit-elle en se forçant à sourire mais ne réussissant qu’à grimacer.

-Laura, dis-moi, qu’est-ce qu’il se passe ? Tu n’es pas venue en cours aujourd’hui et maintenant, je te vois comme ça, est-ce qu’il s’est passé quelque chose ? Tu peux tout me dire, tu sais ! »

Mon amie baissa les yeux au sol sans dire un mot. Après un léger silence, elle serra le poing et déclara :

« Je crois bien…que c’est la dernière fois que nous nous voyons ici…

-Co…Comment ? Bégayai-je, abasourdi. Qu’est-ce que tu veux dire Laura ? Ai-je fait une erreur ? Est-ce que j’aurais…

-Non, ce n’est pas de ta faute Darksky…

-Alors pourquoi es-tu dans cet état Laura ? Dan t’aurait…

-Si seulement il s’agissait de Dan… »

Laura releva les yeux et me fixa avec son regard vert émeraude qui avait soudainement retrouvé de son intensité…ou alors ses pupilles étaient illuminés par l’éclat des larmes qu’elle retenait…

Elle inspira un grand coup et lâcha la terrible nouvelle :

« A la fin de la semaine, mes parents déménagent en Angleterre… »

A ces mots, je crus que le monde autour de moi s’effondrait, comme lors de la mort de mes parents. Peu à peu, ma vision se brouilla, la mer perdit de ses couleurs et le ciel s’assombrit avant qu’un déluge de larme ne coule de mes yeux sans que je ne puisse rien faire pour les retenir.

Laura s’approcha de moi et tenta de les essuyer en souriant du mieux qu’elle pouvait.

« Ne pleure pas Darksky, nous nous reverrons bientôt.

-Pourquoi…Murmurai-je dans un souffle à peine audible. Pourquoi ne m’en as-tu pas parlé avant ?…

-Je…Je ne voulais pas y croire moi-même…Mais une fois que je serai majeure, je reviendrai ici et nous nous retrouverons, c’est une promesse, d’accord ? Déclara-t-elle en me tendant le petit doigt. »

Je savais que je devais l’attraper mais je ne pouvais pas, mes bras et mon corps refusaient tout simplement de bouger. J’avais peur qu’en acceptant cela, Laura ne s’en aille immédiatement. Je voulais qu’elle reste là, avec moi, sur cette falaise, le plus longtemps possible. Je voulais retarder le moment fatidique où elle me tournerait le dos pour ne plus jamais me regarder en face. Je savais qu’une fois partie, elle ne reviendrait jamais même en y mettant toute la volonté du monde…

Voyant mon hésitation, Laura fouilla dans sa poche et en sortit un minuscule pendentif bleu glacé. Avec un sourire teinté tristesse, elle me tendit son présent.

« Darksky, pourrais-tu me garder Trichiona en mon absence ? Il s’agit de la chose la plus précieuse que je possède… Il s’agit presque d’une partie de moi-même…

-Je…je ne peux pas…C’est ton Spiritual, je ne peux…

-Je reviendrai la chercher à mon retour, ne t’inquiète pas. On va dire que c’est un gage de ma promesse, hein ? »

Les yeux de Laura étincelèrent de plus belle et une minuscule larme commença à couler le long de ses joues roses. Une seule et unique perle qu’elle essuya immédiatement d’un revers de la manche tout en continuant à me sourire malgré tout.

« Je…Je… »

Pour toute réponse, je mis à mon tour ma main dans ma poche et je sentis une feuille froissée au fond. J’avais toujours su…J’avais toujours sur que ces jours étaient beaucoup trop beaux pour être éternels…Mais devais-je le lui donner maintenant ? Si je faisais ça, cela signifierait que j’accepterais son départ…

Cependant, devant le regard implorant de Laura, je ne pus résister davantage et je sortis cette vieille feuille de papier que j’avais sur moi depuis ce jour-là et je lui tendis à mon tour. Elle l’attrapa et je pris son pendentif de glace au creux de mes mains, le serrant le plus fort possible, comme si cela allait suffire à la retenir.

Son sourire s’élargit légèrement devant mon geste.

« Merci Darksky…J’en prendrai grand soin ; déclara Laura en serrant le poème contre son cœur, l’air bien plus heureuse et détendue que quelques secondes auparavant.

Pour une raison étrange, j’étais moi aussi plus apaisé maintenant que je tenais Trichiona dans mes mains, comme si ce simple échange de présents venait de sceller notre promesse et la rendre réelle.

La jeune fille fit s’avança vers moi jusqu’à ce nos visages se frôlent. Une fois de plus, je pus lire cette infinie tristesse dans ses yeux, mais également ce sentiment d’impuissance face à la situation et je ne pouvais rien faire…rien du tout…

« Tu dois être fort Michael, après tout, tu es Darksky, Summoner d’Ethon et désormais de Trichiona également, n’est-ce pas ? Et sache que je ne t’oublierai jamais, les jours que nous avons passés tous les deux resterons à jamais gravés dans ma mémoire…

-Pareil pour moi, Laura, tu es la plus belle chose qui a pu m’arriver depuis la mort de mes parents… »

Ma meilleure amie ferma les yeux, et j’eus presque l’impression de retrouver cette jeune fille souriante et joyeuse qui était mon inséparable partenaire de jeu.

Derrière elle, le soleil avait presque disparu et envoyait ses derniers rayons illuminant la jeune fille comme une déesse descendue sur terre, scintillant sous les feux du crépuscule, et s’éteignant avec lui…

Finalement, après un temps qui me parut interminable, Laura passa à côté de moi et lança sans me regarder d’une voix brisée par le chagrin et le regret.

« Prends soin de toi Darksky…Et adieu… »

La dernière image que j’eus de celle qui était autrefois ma partenaire de jeu, ma complice et ma confidente fut une mèche de cheveu bruns…Et puis plus rien.

Derrière moi, j’entendis ses pas s’accélérer avant de disparaitre au loin, ne laissant place qu’au fracas des vagues et au hurlement du vent.

Laura était partie sans se retourner, mais moi je restais là, planté sur ce bout de terre surplombant la mer, à regarder les derniers rayons du soleil se faire dévorer par cette immense et terrifiante étendue d’eau presque noire désormais, gardant près de mon cœur son dernier présent, tout en pleurant la perte de ma meilleure et unique amie…






http://forum.duelingnetwork.com/index.php?/topic/157103-the-wrap-up-red-lust-circuit-series-miami-edition/#entry2134192
le bon temps…

Invite
[Invite]
Messages : 458


haut haut de page
[Fic]L'Avènement des Dieux, Rebirth posté le [13/06/2019] à 18:56

J'aimerais en apprendre un peu plus sur Brutus et Auguste, ils ont l'air intéressant !


heart earth
Modérateur
Messages : 10448


haut haut de page
[Fic]L'Avènement des Dieux, Rebirth posté le [14/06/2019] à 01:02

Darksky : Nuage de souvenirs



Spoiler :



Finalement, après un long moment, je me mis à mon tour à prendre le chemin du retour. Je marchai lentement dans les rues, regardant le sol, ne faisant pas attention à la route et aux voitures. Je n’arrivais toujours pas à croire que Laura était réellement partie, que c’était la dernière fois que je voyais son visage, ses cheveux, son sourire, et que je n’avais rien fait pour la retenir…

Je passai devant le parc. Il était vide à cette heure, comme d’habitude, et pourtant, nous avions l’habitude de vérifier tout de même avec Laura, au cas où.

« Brutus a l’air d’avoir retenu la leçon ! », « Tiens, il n’y a plus personne, pourtant il n’est pas si tard ! », « Darksky, la prochaine fois, je te laisse botter les fesses d’Auguste, et après j’irai te ramasser à la petite cuillère ! », c’était les mots de Laura parmi tant d’autres, et pourtant, je la revoyais les prononcer à cet endroit même, pleine d’entrain et de joie de vivre…

Je repris mon chemin, ne pouvant en supporter davantage. Je passai également devant l’école, le marchant de glace, la papèterie, le supermarché, tous ces endroits où j’avais passé tant de temps avec Laura…

J’accélérai le pas. Je ne devais pas y penser, je devais rentrer, je devais prendre soin de Marie, continuer ma vie en attendant le retour de Laura, je devais devenir meilleur pour qu’elle soit fière de moi…

J’arrivai finalement chez moi après un trajet qui m’avait paru interminable. Lentement, je tournai la clé dans la serrure et cette dernière s’ouvrit en grinçant et à peine eussé-je posé un pied à l’intérieur que Marie se précipita à ma rencontre :

-Bah, qu’est-ce que tu as encore toi, tu t’es disputé avec Laura ou quoi ?

Je ne pouvais pas lui répondre. Je sentais que si j’ouvrais la bouche, je n’allais pas pouvoir me contenir davantage alors j’ignorai simplement sa question et je courus me réfugier dans ma chambre et je m’y enfermai tout le reste de la soirée.

Cependant, j’avais beau faire, je ne pouvais pas me sortir Laura de la tête. Elle occupait le moindre de mes gestes, la moindre de mes pensées, je la voyais dans mes cahiers de cours qu’elle m’avait passés, dans les objets et babioles que nous étions allés acheter ensemble, dans ce jeu qu’elle aimait tant qu’était le duel de monstre qui avait marqué le début de tout…

Jamais je n’avais autant pensé à Laura que depuis son départ et je comprenais à présent la fameuse expression « loin des yeux, près du cœur ». En voyant Laura chaque jour, je ne comprenais pas à quel point je tenais à elle, mais maintenant qu’elle n’était plus là, il ne restait plus qu’un grand vide à la place qu’elle occupait dans mon cœur…Et elle, pensait-elle également à moi autant que je pensais à elle ? Je l’espérais sincèrement…C’est avec cet espoir que je finis par m’endormir.


Une grotte. Du gel. Un froid mordant. Un vent glacial qui me brûlait la peau. Un gouffre sans fond. Tel était l’endroit dans lequel je me trouvais. En face de moi se tenait Laura, vêtue d’une tunique noire fendue sur son côté d’une raie rougeoyante. Derrière elle volait une longue cape tandis que dans sa main brillait une longue épée de glace sombre. Le visage de mon amie avait pris de l’âge, au moins quatre ans, et toute sa joie avait disparu pour ne laisser qu’une expression froide et dénuée de sentiment autre que la colère.

Sur le moment, je ne le remarquai pas et mon premier réflexe fut de me précipiter pour la serrer dans les bras. Cependant, mes pieds étaient comme collés au sol, m’empêchant totalement de bouger.

C’est alors que je le vis. Derrière la jeune fille se dressait l’ombre d’un dragon d’ébène à trois têtes, ressemblant en tout point à Trichiona…tout en étant différent, comme corrompu par les ténèbres.

« Je le détruirai… ce monde qui m’a tout pris… Et je commencerai par me débarrasser de toi qui depuis le début n’a fait que jouer avec moi…Déclara soudain Laura d’une voix lente et teintée par la haine. »

Tout en prononçant ces mots, Laura se précipita sur moi et planta sa lame glacée dans ma chair sans aucune pitié.

Je me réveillai en sursaut, la respiration haletante et en sueur, le cœur battant la chamade. Tous mes membres tremblaient et je vérifiai immédiatement mon ventre. Heureusement, tout cela n’était qu’un cauchemar…

Pourtant, il m’avait semblé si réel… Presque comme une vision d’un futur inévitable, un avertissement que me lançait le destin.

Je ne comprenais pas. Cette fille dans ma vision… Il s’agissait de Laura physiquement… Mais son attitude, son expression et ses paroles… J’avais l’impression que quelqu’un d’autre avait pris sa place. Jamais mon amie ne prononcerait de mots aussi sombres. Alors peut-être… essayait-elle de me prévenir d’un autre danger imminent ?

Ne trouvant pas de réponse à mes questions, je m’habillai lentement, encore assommé par le départ de ma meilleure amie, avant de descendre dans la salle à manger pour y prendre mon petit déjeuner, sans grande conviction.

Pour une fois, Marie était levée avant moi et avait déjà mangé. Quand je la vis, je la reliai immédiatement à l’avertissement. Et s’il ne me concernait pas moi mais elle ? Après tout, je n’ai rien de spécial mais elle par contre… Je ne pouvais pas l’expliquer, mais quand je lui parlais, j’avais l’impression qu’elle avait toujours une longueur d’avance sur moi, comme si elle devinait mes pensées.

Je décidai alors de faire quelque chose que j’aurais dû faire depuis longtemps. Je remontai dans ma chambre, et sortis d’un tiroir l’amulette de nos parents. Si elle voulait pouvoir se défendre, elle en aurait besoin, et de toute façon, je n’en avais plus besoin désormais. Il aurait été égoïste de ma part de garder trois spirituals pour moi seul.

« Tu tiens vraiment à me le donner ? Me demanda-t-elle avant même que j’eus le temps de le sortir.

-Oui. Il est grand temps pour toi de posséder ton propre Spiritual. On ne sait jamais ce qui peut nous tomber dessus à tout moment, je préfère que tu sois prête à faire face à n’importe quelle situation. »

Elle se jeta dans mes bras pour m’embrasser. Marie était toujours de bonne humeur. C’est sûrement grâce à elle que je n’ai pas sombré dans la folie après le départ de Laura. Elle était toujours là pour me remonter le moral, quel que soit la situation.

A partir de ce moment-là, nous nous entrainâmes presque chaque jour après l’école. Au début, je la battais facilement mais elle s’améliorait rapidement. La voir ainsi me rappelait les moments que nous avions passés avec Laura. Elle m’entrainait, et continuait de s’amuser.

J’avais l’impression que désormais les rôles avaient changé : j’étais Laura qui m’entrainait. Cependant, mes motivations étaient différentes. Je devais protéger Marie, à tout prix… Car elle était la dernière personne à qui je tenais qu’il me restait désormais.


Les années passèrent tranquillement dans notre ville. Aucun problème ne pointait le bout de son nez. J’allais à l’école le matin, revenais le soir et entrainais Marie au duel de monstres.

J’avais finalement réussi à surmonter le départ de Laura grâce à elle, même s’il m’arrivait souvent de repenser à ma meilleure amie de temps en temps et à pleurer dans mon coin, loin des regards.

Un jour, trois ans après notre séparation, alors que je revenais du parc après avoir vaincu Brutus et Auguste qui agissaient de leur propre chef à présent d’après leurs dires, le soleil d’été me donna l’envie d’aller faire un tour du côté de la plage. Je revis alors au loin, perdue dans le ciel d’azur, cette falaise où tout avait commencé.

En vérité, j’évitai de retourner là-bas, bien trop de souvenirs, bons comme mauvais y étaient associés. C’est pourquoi, inconsciemment, je passai à côté, mais ce jour-là, la nostalgie me poussa à m’y rendre.

Le chemin menant au sommet était parsemé de branches et de feuilles mortes. L’herbe avait poussé et le sentier avait presque disparut. Cela se voyait que personne n’était passé ici depuis longtemps. J’écartai donc les branchages et les arbustes se trouvant devant moi pour finalement arriver à cet endroit que je chérissais tant.

Ici, rien n’avait changé. Tout était tel que dans mes souvenirs. Les vagues se fracassaient toujours aussi violemment en contrebas tandis que le soleil couchant scintillait sur une mer rouge sang. Au loin, la plage grouillait encore de touristes profitant des derniers rayons du jour. Le vent soufflait fort, mais n’était pas désagréable. Au contraire, il rafraichissait cette soirée et berçait tendrement la végétation, faisant danser les feuilles et les fougères à son gré. Et cette odeur de sel et d’algues marines continuait à embaumer l’air de son parfum singulier.

Cependant, quelque chose était différent dans ce paysage familier…Non, ce n’était pas différent. Au contraire, tout était identique à ce jour unique, ce jour restant gravé dans ma mémoire, ce jour de ma première venue ici, sur cette falaise, avec Laura, trois ans auparavant.

Que faisait-elle à présent ? Pensait-elle encore à moi ? Elle avait dû commencer une nouvelle vie, avec de nouveaux amis, et je le lui souhaitais de tout mon cœur. Elle méritait bien mieux que de ressasser un passé révolu. Mais je gardais toutefois cet espoir qu’elle n’ait pas oublié notre promesse que nous avions faite à cet endroit même, trois ans plus tôt.

En y repensant, le destin était bien ironique. Si mes parents n’avaient pas disparu en nous laissant seuls, peut-être jamais n’aurais-je rencontrée ma meilleure amie. S’ils avaient été encore parmi nous, qui sait quel genre de personne je serais devenu. Peut-être une brute de la bande de Dan ? Ou bien aurais-je joué le rôle de Laura pour quelqu’un d’autre ? Et elle, aurait-elle pu partager son espoir avec un autre que moi si elle ne m’avait pas rencontré ?

Tout ce que nous avions vécu jusque-là… Le bonheur que j’avais connu… était né de mon malheur.

Une des phrases de Laura me revint soudain en tête : « Nous sommes vraiment similaires j’ai l’impression. Ces deux artéfacts que nous possédons…Ils représentent tous deux la même chose, notre espoir. Le mien était de trouver un but et une passion. Le tien était d’aider ta sœur. ».

Finalement, elle avait raison, c’était grâce à notre combat que j’avais pu connaitre l’amitié à ses côtés et le soutien dont j’avais tant besoin, et c’était toujours grâce à son pendentif que Laura restait auprès de moi à travers Trichiona.

Par ce simple match, j’avais pu commencer une nouvelle vie, heureuse… et désormais terminée…Laura était partie. Et malgré sa promesse, je savais que ce n’était qu’un rêve d’enfant, un espoir vain, une rêverie innocente… jamais elle ne reviendrait pour quelqu’un comme moi… Parce qu’elle était bien plus forte que je ne l’avais jamais été et que je ne le serais jamais.

Mes yeux me piquèrent et quelques larmes commencèrent à couler sur mes joues en pensant à tous ces souvenirs et cette vie qui n’était plus qu’une illusion disparaissant lentement dans les brumes de mon esprit…

« C’est donc ici que tu te cachais tout ce temps, dit une voix qui m’était familière. »

Je me retournais et je vis une ombre féminine qui venait dans ma direction.

« Laura ? Dis-je plein d’espoir.

-Pas de chance, ce n’est que moi, Marie, déclara ma sœur en arrivant à ma hauteur.

-Oh, Marie, Désolé, je n’ai pas vu le temps passer…j’étais sur le point de rentrer.

-Ce n’est pas grave, je sais ce que tu ressens. Tu as le droit d’être triste. La perte d’un être qui nous est cher n’est pas toujours facile à surmonter.

-Tu sais, c’est ici que tout avait commencé… »

Marie lâcha un long soupir tout en souriant d’un air amusé.

« Je le sais tout ça, tu me l’as raconté un nombre incalculable de fois… Mais je comprends pourquoi elle aimait tellement cette falaise, elle est vraiment magnifique… »

Ma sœur s’assit à côté de moi sur le bord du vide et nous restâmes en silence à observer le paysage féérique qui s’offrait à nous deux.

J’avais l’impression de revivre ce jour bénis où j’avais connu Laura, où elle s’était confiée à moi, où j’avais retrouvé un but dans ma vie, même si au fond de moi, je savais que ce jour était unique et que rien ne pourrait le remplacer.


Quelques jours plus tard, je me levai comme chaque jour puis je descendis prendre mon déjeuner au vu de l’heure tardive, presque midi. Je m’attendais à voir Marie me lancer une pique désagréable, mais personne ne m’accueillit.

Pensant qu’elle dormait encore, je me dirigeai vers sa chambre pour la secouer un peu, mais, en passant dans l’entrée, je remarquai alors que ses chaussures avaient disparu, de même que le pendentif de nos parents.

Elle était certainement partie jouer au parc, pensai-je. Je ne me dépêchai donc pas et je commençai à manger seul. Cependant, quinze heures passées, Marie n’était toujours pas revenue et je commençai sérieusement à m’inquiéter.

Ma première destination fut le parc, mais ni Brutus, ni Auguste ne semblaient l’avoir vue. Je fis un saut chez grand-mère au cas où, mais elle n’y était pas non plus.

Je me mis à paniquer et à courir dans toute la ville, cherchant dans les moindres recoins où ma sœur pouvait se retrouver, mais je ne trouvai rien.

Je me mis à suer à grosses gouttes tandis que les souvenirs de ce jour maudit me revinrent en mémoire… le jour où Laura m’avait quitté.

Plus les minutes passaient et plus mon rythme cardiaque s’accélérait. Je devins comme fou, criant son nom dans les rues, interrogeant des passants au hasard et cherchant dans des endroits aussi incongrus que des bennes à ordures ou des bouches d’égout. Mais rien. Ma sœur avait tout simplement disparu de la ville.

Il ne me restait plus que la falaise où je n’avais pas encore regardé. Je n’eus néanmoins pas à aller jusque-là car au loin, je vis la silhouette d’un grand dragon orange, armé d’une épée.

Je le reconnus immédiatement et je me précipitai là-bas. Mais, lorsque j’arrivai enfin à sa hauteur, il n’y avait personne. Le dragon était simplement figé dans les airs, incapable de bouger et il n’y avait aucune trace du pendentif ni de ma sœur.

« Marie !! Hurlai-je à m’en casser la voix. »

J’avais beau regarder de tous les côtés, je ne voyais aucun indice qui aurait pu m’indiquer sa présence, jusqu’à ce que je remarque par terre un bout de papier coincé entre deux rochers.

Mon sang se glaça lorsque je commençai à lire les premiers mots.

« Cher Aigle noir, ta sœur ayant perdu un duel contre nous, a été contrainte de s’absenter momentanément. N’essaie pas de la retrouver, elle te sera rendue en temps voulu. Shadow ».

Immédiatement, la blessure que Marie avait réussi à refermer après le départ de Laura se rouvrit, saignant plus que jamais.

Tout était de ma faute…Si j’étais arrivé plus tôt…En arrivant plus tôt…j’aurais peut-être pu la sauver…Mais je n’avais rien pu faire, j’étais impuissant à la sauver…

Je voulais hurler au désespoir, mais aucun son ne sortait de ma bouche sèche à force d’avoir crié toute la journée. Je voulais pleurer, mais aucune larme ne me vint. Je voulais m’enfuir, mais mes jambes ne me portaient plus…

« Laura…Aide-moi…s’il te plait…Murmurai-je, face contre terre, aux portes de la folie. »

C’est alors qu’un homme apparut, portant une armure d’or, une cape pourpre et une couronne incrustée de joyaux. Il était grand, blond, au visage carré, au teint mat, et il émanait une lumière brillant autant que le soleil.

Il s’approcha de moi et mit un genou à terre. Je relevai la tête pour faire face à l’étrange homme qui se tenait devant moi.

« Darksky, je sais ce que tu as vécu. Je sais aussi que la disparition des deux personnes auxquelles tu tenais le plus t’affecte bien plus que tu ne le pense. Mais moi, j’ai le pouvoir de t’aider. Je peux résoudre tous tes problèmes, il suffit que tu me rejoignes…

-Comment vous appelez vous ? Et comment savoir si je peux vous faire confiance ? J’ai déjà tout perdu, je ne peux pas en supporter davantage…

-Tu le peux Darksky, mon nom est Hélios, et je suis celui qui rétablira la justice dans ce monde.


Et c’est ainsi que je t’ai rencontrée Saya. Je me suis engagé dans l’armée d’Hélios et la suite, tu la connais. Même si maintenant, je sais qu’il m’a menti, je ne regrette pas les choix que j’ai fait. Malgré ce qu’il m’a fait, je pense que sans lui, je serais devenu fou de tristesse. Et puis, si je n’avais pas accepté, nous ne serions pas devenus amis, n’est-ce pas ?

Oui. Tout comme les étoiles les plus brillantes naissent au milieu du vide le plus obscur… C’est parce que je nageais seul dans la mer du désespoir que j’ai pu trouver cette lueur d’espoir que vous étiez.






http://forum.duelingnetwork.com/index.php?/topic/157103-the-wrap-up-red-lust-circuit-series-miami-edition/#entry2134192
le bon temps…

Invite
[Invite]
Messages : 458


haut haut de page
[Fic]L'Avènement des Dieux, Rebirth posté le [14/06/2019] à 10:40

https://www.youtube.com/watch?v=rtkb2gwj-xA


🙁

Une pensée pour Jean Michel 🙁

Le rêve est quand même giga classe <3


heart earth
Modérateur
Messages : 10448


haut haut de page
[Fic]L'Avènement des Dieux, Rebirth posté le [27/06/2019] à 03:04

Chapitre 8 : United we Stand, Ugo



Spoiler :



Lorsqu’Angéla apprit la disparition de Darksky, je crus qu’elle allait s’évanouir tant son teint était devenu livide. Elle me bombarda évidemment de questions mais je n’avais aucune réponse moi non plus. J’étais tout aussi perdu qu’elle.

« Sérieusement, on a perdu avant même d’avoir commencé à cause de lui ! Il aurait pu attendre pour disparaitre !

-Je vois que la confiance règne, cela fait plaisir, grommelai-je.

-Bon, je vais tenter de sauver l’honneur en finissant rapidement mon combat, reprit la blonde en se mordant la lèvre. Tâche juste de ne pas perdre trop vite, je n’ai pas envie d’être la risée du lycée…

-Merci pour les encouragements, raillai-je. »

Je savais toutefois qu’Angéla avait raison. Si j’étais là, c’était uniquement pour faire office de troisième membre mais nous savions tous que la défaite de Darksky signifiait la défaite de notre équipe.

Je souhaitais tout de même bonne chance à ma partenaire et elle me répondit par un simple pouce levé en l’air puis s’avança vers le centre du stade.

Sa démarche avait beau être assurée, je savais qu’au fond d’elle, mon amie appréhendait ce moment tout autant que moi.

En face d’elle s’avançait un garçon de notre âge, aux cheveux roux dressés en pic sur son crâne. Un sourire moqueur illuminait son visage et ses yeux pétillaient de malice, comme un enfant prêt à faire une mauvaise farce. Derrière lui, ses deux coéquipiers l’encourageaient en brandissant des panneaux sur lesquels était écrit en énorme « UWS plus skillé que le skill » et en criant le nom d’Ugo, tels des supporters de foot un peu trop agités.

Les deux adversaires s’arrêtèrent sur le cercle central tracé sur la pelouse. Angéla faisait face à son adversaire sans trembler. Son visage affiché à l’écran ne laissait paraitre aucune angoisse ni peur. L’excitation du combat devait avoir éliminé toutes ses autres pensées.

« Ohoh, je n’ai pas l’habitude d’affronter des jeunes filles mais ne crois pas que je me retiendrai d’abimer ce joli minois que tu as là, Ohoh, déclara le garçon avec assurance.

-Je te mets déjà au défi de me toucher une seule fois, rétorqua Angéla avec tout autant de confiance en elle. »

Lorsque Violet donna le top départ, la blonde fut la première à attaquer. Elle se précipita sur son adversaire qui ne bougea par un pouce jusqu’à ce qu’elle ne soit qu’à quelques centimètres de lui. Là, criant un « Ohoh quel skill », le garçon fut entouré d’un mur de flammes mauves qui força mon amie à bondir vers l’arrière pour ne pas être brûlée.

Après un salto, Angéla retomba sur ses jambes sans vaciller tandis que Ugo s’était mis en position, ses mains désormais enflammées et ses camarades l’acclamèrent de plus belle.

Heureusement, elle ne se laissa pas déconcerter pour si peu et repassa à l’attaque. Son adversaire fit exactement de même et se jeta vers la jeune fille, un sourire moqueur fendant son visage.

Je fronçais les sourcils. A quoi jouait-elle ? Elle n’avait même pas activé les pouvoirs de son spiritual et combattait à main nues contre un pyromane. Cette fille était-elle suicidaire à ce point ?

J’eus très rapidement ma réponse. En effet, alors qu’Ugo tenta d’asséner un violent coup de poing de feu dans le ventre d’Angéla, celle-ci fit apparaitre un mur de lumière derrière le garçon et le frappa ainsi dans le dos.

L’UWS, lâchant un « Ohoh » d’exclamation, fut projeté vers l’avant, tout droit sur la semelle de ma partenaire. Ugo voltigea dans les airs sur plusieurs mètres mais contre toute attente, deux ailes mauves se déployèrent dans son dos et lui permirent de retrouver l’équilibre.

Je lus sur les lèvres d’Angéla un juron lorsque le garçon se posa avec grâce sur la pelouse, la main posée sur sa hanche et les jambes croisées, un air confiant illuminant son visage.

« Ohoh, quelle surprise, je ne pensais pas trouver un adversaire avec du skill dans ce tournoi, ricana-t-il en s’essuyant la bouche d’un revers de la main. Cependant… »

Ugo leva soudain le doigt vers le ciel et déploya ses ailes enflammées autour de lui, projetant un tourbillon de plumes tout autour de lui. Au même moment, ses camarades se levèrent et se mirent à souffler dans une vuvuzela si fort que la sécurité du intervenir.

« Moi, Ugo Marcelo, fondateur du club Sunbird, héritier du pouvoir de l’oiseau cramoisi, premier membre des UWS et détenteur de l’amulette des flammes…

-Il s’est pris pour qui avec ces titres ridicules…Grommela Angéla, néanmoins sur ses gardes.

-Je vais te montrer le véritable pouvoir du Skill. »

Tout le corps du garçon fut englouti dans un torrent de flammes violettes et il s’envola haut dans le ciel. Ma partenaire leva les yeux mais fut très rapidement éblouie par la lumière du soleil et détourna le regard.

Mon cœur s’accéléra lorsque, tel une météorite, je vis Ugo fuser vers Angéla alors qu’elle ne le voyait même plus.

« Attention ! Au-dessus de toi Angéla ! M’écriai-je affolé.

-Meteoric…Crimson Impact ! »

Pendant un quart de seconde, la blonde eut l’air tout aussi pétrifiée par la peur que moi. Elle ne bougeait pas d’un cheveu alors que la comète vivante se rapprochait d’elle à grande vitesse. Si elle était touchée de plein fouet, je n’étais même pas certain qu’elle allait s’en sortir sans séquelle…

Toutefois, tout ne se passa pas comme je l’avais prévu. Au tout dernier instant, le visage de mon amie se fendit d’un sourire moqueur.

« Je plaisantais, rit-elle d’une voix débordant de confiance en elle. »

J’écarquillai les yeux en voyant que dans sa main, Angéla matérialisa un sceptre doré et flamboyant à la lumière du soleil, bien plus éblouissant que l’attaque d’Ugo. Elle le pointa vers la météorite et je pus voir une sphère lumineuse se former à la pointe de son arme.

« Tu croyais vraiment pouvoir m’aveugler ? Désolée mais la lumière est mon élément et je vais te le prouver tout de suite ! Athena’s Radiance !

Un rayon éclatant s’échappa du sceptre d’Angéla et alla frapper de plein fouet l’homme météore. Lorsque les deux puissances se rencontrèrent, une bourrasque de vent ébranla le stade tout entier et la température monta en flèche alors que les deux combattants luttaient de toutes leurs forces.

Néanmoins, Ugo ne lâcha rien et continua son attaque envers et contre tout, réussissant à repousser le rayon de lumière de ma partenaire.

Les sarcasmes et les sourires avaient disparu des visages des deux combattants. Chacun ne cherchait plus qu’à remporter la victoire en utilisant toutes les forces qu’ils pouvaient puiser au fond d’eux. La pelouse brûlait sous leurs pieds, la terre était arrachée par la tempête et Violet fut obligée de se protéger avec ses propres pouvoirs tant l’énergie dégagée par la rencontre de ces deux puissances était incontrôlable.

Je me mis à suer à grosses gouttes. Angéla pensait sérieusement que je pouvais tenir ne serait-ce qu’une seconde face à CA ?! Même elle avait du mal à contenir toute la puissance de son adversaire alors qu’elle utilisait des techniques que j’étais incapable de contrer ! Quelle mouche l’avait piquée en m’inscrivant à ce tournoi ? Et surtout, pourquoi Darksky avait-il décidé de nous fausser compagnie à un moment aussi crucial ?!

Tout à coup, je fus tiré de mes pensées par une baisse de luminosité dans le stade. La jeune fille arrêta subitement le flux d’énergie qui s’échappait de son sceptre et se contenta de faire un pas sur le côté en fermant les yeux.

Un instant plus tard, une puissante explosion retentit et souleva un épais nuage de poussière dans tout le stade qui nous empêcha de voir le résultat de cet affrontement acharné.

Mon cœur battait la chamade. Je criai le nom de ma partenaire mais elle ne me répondit pas. Avait-elle perdu ? Non. Elle avait volontairement désactivé ses pouvoirs…mais pourquoi ? Que comptait-elle faire ?

Je faillis tomber à la renverse lorsque la poussière se dissipa enfin et que je vis Ugo…la tête enfouie dans la terre, les jambes levées vers le ciel, tentant vainement de se dégager…

Violet eut l’air tout aussi déconcertée que moi car elle n’annonça le résultat du match qu’après un long temps d’arrêt.

Ce ne fut que lorsqu’Ugo arrêta complètement de bouger et que ses jambes tombèrent mollement au sol que la millionnaire annonça la victoire d’Angéla.

Alors que les camarades du pauvre garçon se précipitèrent pour déterrer leur ami et s’assurer qu’il était toujours en vie, mon amie salua le public sous un tonnerre d’applaudissements tandis que je lâchai un long soupir de soulagement.

Même si nous allions perdre par ma faute, j’étais tout de même content qu’Angéla ait remporté cette victoire. Elle semblait vraiment heureuse pour la première fois depuis que je l’avais rencontrée, comme si le simple fait d’être dans ce stade, acclamée par une foule en délire avait suffi à éloigner les tracas qui la rongeaient.

Alors qu’elle revenait joyeusement vers les stands, j’entendis son adversaire l’appeler et elle se retourna.

Le garçon était vraiment dans un sale état et ne pouvait même pas tenir debout sans l’aide de ses camarades. Mais néanmoins, il souriait face à la défaite.

« Tu as du skill, c’est indéniable. Mais ne crois pas avoir déjà gagné. Deux autres combattants bien plus forts que moi vous attendent encore. Soyez prêts à les affronter, Ohoh.

-Toi aussi tu as du skill, répondit-elle. Je te donne ta revanche quand tu veux ! »

Alors qu’Angéla revenait à côté de moi, je pris subitement conscience que c’était à mon tour de me jeter dans l’arène et je me mis à trembler à nouveau.

Lorsque ma partenaire me donna une grande claque dans le dos, j’étais tellement tendu que je fis un bond de deux mètres en avant, ce qui la fit exploser de rire.

« Allons, détends-toi Drago, tu ne me félicites même pas pour ma superbe victoire ? Lança-t-elle avec un large sourire.

-Oui, oui, félicitation, c’était un beau match et tout ça… Mais ce n’est pas toi qui vas te ridiculiser devant 80 000 personnes en direct ! M’exclamai-je. Comment tu pouvais être aussi détendue toi ?!

-Détendue ? J’étais morte de trouille qu’est-ce que tu crois ! Me répondit-elle en éclatant de rire à nouveau. Mais une fois que tu es dedans, tu oublies que 80 000 personnes te regardent et te jugent !

-Merci, tu me rassures beaucoup là…

-De rien, j’ai toujours été douée en encouragements ! »

Je lâchai un long soupir et, résigné, je pris la direction de la pelouse avec pour seul but d’en finir rapidement et de façon la moins ridicule possible.

Mais alors que j’allais quitter les stands, Angéla me rappela une dernière fois et j’eus à peine le temps de me retourner qu’elle me lança un petit objet que j’attrapai au vol.

Je fronçai les sourcils en voyant qu’il s’agissait d’une petite pierre noire et lisse réfléchissant parfaitement la lumière. Elle était étonnement légère et semblait extrêmement fragile aussi.

« C’est une Shungite, me dit-elle en voyant mon air perplexe. C’est une pierre qui renferme de l’énergie directement venue d’Izrath, normalement elle devrait t’aider à combattre !

-M…Merci mais où as-tu obtenu une telle chose ? M’étonnai-je

-Violet me l’a confiée tout à l’heure en pensant que ça pourrait nous servir.

-Ce n’est pas un peu…de la triche de se faire aider par l’organisatrice ?

-De la quoi ? Désolée, je ne connais pas ce mot en combat ! »

Je soupirai une nouvelle fois et, après avoir remercié ma partenaire, je me tournai vers la pelouse et m’avançai vers la défaite qui m’attendait à bras ouverts.






http://forum.duelingnetwork.com/index.php?/topic/157103-the-wrap-up-red-lust-circuit-series-miami-edition/#entry2134192
le bon temps…

heart earth
Modérateur
Messages : 10448


haut haut de page
[Fic]L'Avènement des Dieux, Rebirth posté le [28/06/2019] à 01:11

Chapitre 9 : UWS, Le Grec



Spoiler :



Pourquoi ?

Tel était la seule pensée qui parcourait mon esprit alors que je m’avançais vers une mort certaine et une humiliation mondiale. Mon seul réconfort était de penser que, dans ce monde, aucun de mes camarades de classe ou de mes voisins ne pouvait se moquer se moi puisque je n’en avais pas…

J’essayais de faire abstraction tant bien que mal des milliers d’yeux rivés sur moi mais finalement, le plus impressionnant n’était pas le public…mais bien mon adversaire.

Kosta Le Grec, un colosse de plus d’un mètre quatre vingt dix, à la coupe et au visage militaire et à la carrure tout aussi imposante. Le nez droit, des yeux bleus glacé et une expression impénétrable. Tel était l’homme qui s’avançait face à moi d’une démarche assurée.

Je déglutis lorsque nous nous retrouvâmes face à face. Je fus même obligé de lever la tête pour le regarder droit dans les yeux et un frisson me parcourut l’échine lorsque nos regards se croisèrent.

C’était fichu. Je n’allais pas pouvoir tenir plus d’une seconde face à lui.

« Vous me paraissez bien ridicules dans votre équipe…Entama-t-il d’une voix lente, grave et puissante.

-Drago va te montrer qui est ridicule ici ! S’écria Angéla depuis les stands, ce qui me donna encore plus envie de disparaitre.

-Mais pour avoir vaincu Ugo, vous devez posséder un peu de Skill.

-M…Merci…Bégayai-je, livide.

-Cependant, votre série de victoire s’arrête ici. Moi, Le Grec, Leader des UWS, vais m’en assurer personnellement. »

La sonnerie annonçant le début de combat eut à peine retenti que je vis le poing colossal de mon adversaire fuser vers ma figure. Par réflexe, je fis un bond en arrière pour tenter d’esquiver.

Kosta l’anticipa. De son autre main, il m’agrippa la jambe et me plaqua violemment au sol.

Tout l’air dans mes poumons fut expulsé d’un seul coup. Mais je n’eus pas le temps de reprendre mon souffle que l’UWS sauta au-dessus de moi pour m’écraser.

Je roulais maladroitement sur la gauche tandis qu’un cratère se forma à l’endroit même ou je me trouvais un instant plus tôt.

Mon cœur, déjà sur le point d’exploser, s’arrêta de battre tant j’étais abasourdi par la puissance brute du garçon qui n’avait même pas utilisé de pouvoirs jusque-là.

« La Shungite Drago ! Utilise-là ! Me cria Angéla. »

Je ne pus même pas sortir la pierre de ma poche. Avec une vitesse ahurissante, Le Grec fonça sur moi et m’asséna un coup de poing en plein ventre. Je m’envolai et m’écrasai lourdement contre la barrière du terrain, sonné.

« Crimson Flame ! »

Un déluge de flammes s’échappa de la paume du colosse et s’abattit sur moi. J’eus tout juste le temps de brandir la pierre bicolore de ma sœur devant moi pour qu’elle absorbe l’attaque, exactement comme lors de mon combat contre Hélios.

Cela ne déstabilisa pas le moins du monde Kosta. Il chargea dans ma direction, comme un Rhinocéros enragé et propulsé par deux ailes mauves ayant poussé dans son dos.

Ne pouvant rien faire pour éviter le choc, je me contentai de fermer les yeux, préférant ne pas voir cette raclée.

Un craquement sourd se fit entendre lorsqu’il me percuta de tout son poids et je passai à travers la barrière comme s’il ne s’agissait que de papier mâché.

C’était terminé. Il m’avait sorti du terrain. Nous avions perdu…Sortis dès le premier tour par ma faute.

Je savais bien que nous n’avions aucune chance…que je n’avais aucune chance…et pourtant, encaisser une telle défaite me faisait mal à mon égo…et j’étais désolé pour Angéla. Elle qui semblait si heureuse de pouvoir participer, je venais de briser ses rêves en moins de cinq minutes…

J’attendis le moment où mon corps allait toucher le sol dur et froid du stade…Mais ce moment n’arriva jamais, pas plus que l’annonce du présentateur pour annoncer le vainqueur.

Timidement, j’ouvris un œil. Là, je vis que tout le public restait silencieux, les yeux rivés sur moi, tandis que Le Grec reculait prudemment. Même ma partenaire s’était tue et me regardait avec un mélange d’admiration et de surprise.

Je compris très rapidement pourquoi. Je lévitai à quelques centimètres du sol, baignant dans une vive lueur sombre…et à mes côtés se tenait une immense forme lumineuse, noire comme la nuit d’un côté et éclatante comme le soleil de l’autre. La créature possédait quatre membres, une longue queue ainsi qu’une paire d’aile mais je ne pouvais distinguer aucun autre élément précisément.

Au même moment, des éclats de pierre brisée tombèrent de ma poche. Je réalisai alors que l’attaque de Kosta avait été si puissante qu’elle avait détruit la Shungite et libéré tous ses pouvoirs. Avait-elle également permis de matérialiser mon Spiritual dans ce monde ? Je l’ignorais mais l’heure n’était pas à la réflexion. Je devais remporter ce combat avant tout.

Maladroitement, je revins dans l’aire de combat et me repositionnai face à mon adversaire, bien plus confiant qu’auparavant.

« Drago, tu étais un adversaire plus que pitoyable jusque-là…commença-t-il.

-Merci, pas besoin de me le faire remarquer, grognai-je.

-Je me doutais bien que tu ne faisais que tester ma force. Mais maintenant que les formalités sont passées, le vrai combat peut commencer. »

Je déglutis. J’avais beau être entouré de cette puissance étrange, si le Grec ne se battait pas avec toute sa force depuis le début, je préférais ne pas imaginer ce qu’il pouvait faire réellement.

Le colosse enleva sa veste et la jeta derrière lui d’un geste magistral avant de pousser un cri de fureur. Une onde de choc s’échappa de son corps et me fit vaciller tandis que derrière lui, une créature de flammes prenait forme.

Les autres UWS dans les stands se mirent au garde à vous alors qu’un immense oiseau mauve et pourpre venait de surgir dans le stade sous les ovations du public en délire.

C’était…étrange. La créature ressemblait à un énorme poulet de feu mais une certaine majesté s’en dégageait également. Il possédait aussi des ailes d’aigles et une queue de pie, comme une sorte d’hybride étrange et effrayant…

« Admire, la quintessence de ce monde, notre maitre à tous, l’Oiseau du Soleil en personne, Sunbird ! »

Le rugissement de l’oiseau fut si puissant que je dus m’accrocher pour ne pas être soufflé comme une vulgaire brindille.

Le spiritual, sans autre sommation, se jeta sur moi, ses serres en avant, prêtes à me déchirer la peau. Et alors que je pensais à un moyen de me défendre, la créature se tenant à mes côtés s’interposa entre nous et repoussa le volatile enflammé d’un coup de queue.

Intrigué, je visionnai un moyen d’attaquer directement le Grec… Et mon Spiritual asséna un violent coup de poing au colosse qui ne put résister et fut repoussé violemment vers les limites du ring.

Je souris. Alors comme ça, il suffisait de visionner l’attaque pour que l’esprit l’exécute ? Intéressant. J’allais pouvoir m’amuser un peu à mon tour.

L’oiseau de feu repassa à l’attaque aussitôt et, ne se laissant plus surprendre, visa directement la forme lumineuse. D’un battement d’aile, elle souleva une bourrasque telle que ma créature fut projetée au sol et maintenue fermement par les serres de l’animal.

« Ne baisse pas ta Garde, Drago ! me hurla Angéla. »

Alors que j’étais focalisé sur le combat des deux Spirituals, je n’avais pas remarqué que le Grec s’était jeté sur moi également.

Je protégeai en vitesse mon visage avec mes bras, me préparant à une douleur fulgurante mais il n’en fut rien. J’encaissai l’attaque aisément sans même broncher alors que le coup de poing de Kosta aurait été suffisant pour briser un mur de béton.

Profitant de la surprise de mon adversaire, je ripostai de toutes mes forces et envoyai valser le Grec à l’autre bout du stade. Celui-ci se reprit avant de toucher le sol et s’envola haut dans le ciel, suivi de son oiseau de malheur.

Tout comme Angéla, je voulu lever les yeux au ciel pour voir d’où venait l’attaque mais contrairement à elle, je fus aveuglé par l’éclat du soleil qui me brûlait la rétine.

Le garçon se plaça sur le dos de son oiseau, comme chevauchant son destrier et la créature déploya ses ailes de feu en poussant un cri strident.

« Tu t’es admirablement bien battu jusqu’ici Drago…Mais à présent, c’est terminé. Voici le Final Move de la team UWS : Meteoric Skill Crimson Impact ! »

L’oiseau et son maitre prirent feu, au sens propre du terme, exactement comme Ugo, les transformant en véritable météorite vivante.

Je les voyais, mes adversaires se rapprochant inexorablement de moi sans que je ne puisse rien faire pour les en empêcher. Mon Spiritual n’était qu’une forme lumineuse, j’ignorai totalement ses capacités et s’il était même capable d’arrêter une telle chose…

Tout à coup, la pierre bicolore que je portais autour de mon cou se mit à briller d’un éclat éblouissant et s’arracha d’elle-même pour s’incruster à l’intérieur de mon spiritual.

Un éclair de lumière inonda le stade tout entier. Un rugissement féroce déchira les cieux. Une explosion secoua la terre. Puis plus rien. Le silence total.

Lorsque la lumière se dissipa enfin, mon cœur rata un battement tandis que tout le public était sous le choc, muet et choqué par le spectacle qui se trouvait sous leurs yeux.

De la pelouse, il ne restait qu’un tas de terre brûlé. Les vitres protégeant les spectateurs avaient été brisées par l’onde de choc. Les murs s’étaient effondrés. Et Le Grec était à terre, sonné, les habits déchirés… et surtout dans les gradins se trouvant à plusieurs dizaines de mètres de là.

Était-ce moi…qui avait provoqué cela ?

Je cherchai du regard mon Spiritual mais il avait disparu, ne laissant derrière lui que cette minuscule pierre bicolore sur le sol, encore brûlante.

Avec prudence, je la ramassai mais il ne se passa rien de plus. Les pouvoirs que m’avait accordé la Shungite devait s’être dissipés à présent.

N’attendant même que l’annonce du résultat, je retournai dans les stands, perdu dans mes pensées. Quel était ce pouvoir que j’avais ressenti dans mes veines ? Était-ce le prétendu pouvoir dont me parlait ma sœur ? Si oui, pourquoi était-ce cette pierre qui avait scintillé et non celle censée contenir Osiris ? Et pourquoi m’étais-je senti aussi à l’aise avec ce Spiritual alors que je l’invoquais pour la première fois ?

Pendant un court instant, j’avais ressenti une sorte de connexion avec lui. Mais le plus troublant était que cette sensation ne m’était pas inconnue…

Oui, j’avais déjà fait appel à ce Spiritual dans mon monde… Mais quand ? J’étais incapable de m’en rappeler alors qu’au fond de moi, ce pouvoir m’évoquait quelque chose… Un souvenir lointain, brumeux et…triste ?

« Bien joué Drago, tu l’as atomisé ! Je savais qu’on pouvait compter sur la technologie de la fédération Ether ! S’exclama Angéla en me donnant une grande claque dans le dos. »

La blonde me tira de mes pensées en expulsant d’un seul coup tout l’air de mes poumons et je toussai de longues secondes avant de pouvoir à nouveau respirer convenablement.

Pendant que Violet annonçait la clôture de cette journée et qu’Angéla savourait notre victoire avec une joie non dissimulée, je vis l’équipe UWS rentrer dans nos stands et je déglutis lorsque ma partenaire les nargua.

« Vous avez vu, on va a battus avec seulement deux membres ! A ce rythme, nous sommes bons pour la finale !

-Ohoh, quel skill, je dois le reconnaitre, lança Ugo sans aucune agressivité. Je ne m’attendais pas à me faire sortir dès le premier tour. Peut-être que si Môssieur avait été un peu plus prudent, nous aurions été à égalité.

-Je n’ai pas de leçon à recevoir de toi Ugo alors que tu as perdu tout seul, rétorqua Kosta froidement.

-Ohoh, je sens que quelqu’un est énervé par sa défaite. Tu n’avais pas assez de Skill c’est tout ! Mais c’était un beau combat. Vous avez le soutien de l’équipe UWS pour la suite, voyez cela comme un Honneur, Ohoh ! »

Ugo s’apprêtait déjà à partir mais Kosta continua à me dévisager avec une telle insistance que je finis par me demander si je n’avais pas quelque chose coincé entre les dents ou collé sur le front.

« Drago…Mio, c’est cela ? Me demanda-t-il.

-C…C’était un très beau match, j’ai simplement eu de la chance, tu méritais de gagner ! Lançai-je en vitesse.

-Comment ça ? Tu l’as explosé proprement, ne te rabaisse pas ! Protesta Angéla.

-Effectivement, j’ai perdu. Je suis le seul fautif de mon manque d’entrainement. Mais toi… Tu n’as pas même pas utilisé tes pouvoirs, je me trompe ?

-Co…Comment ? Evidemment que si, j’ai…

-Non, ce n’était pas… »

Il marqua un temps d’arrêt, fronça les sourcils puis reprit.

« Oublie ce que je viens de dire. Peut-être t’ai-je surestimé. »

Sans ajouter un mot, Le Grec tourna les talons et disparut avec son acolyte, me laissant dans l’incompréhension. Que voulait-il dire par là ? Certes, j’avais utilisé une Shungite…mais elle avait libéré mon propre potentiel… Je ne comprenais plus rien…

« En tout cas, c’était un sacré Spiritual que tu avais là Drago, reprit Angéla d’un ton toujours aussi enjoué. Même si je pense qu’il ne fait pas le poids face à Athéna, tu devrais pouvoir faire de grandes choses à ses côtés !

-En attendant, je ne connais même pas son nom…

-Tu l’apprendras quand tu auras maitrisé ses pouvoirs, ne t’inquiète pas.

-Tu dois avoir raison, soupirai-je, ressentant tout à coup toute la fatigue du combat.

-Sinon, Darksky n’est même pas venu voir nos matchs, il aurait pu faire un effort même s’il était occupé ! Ronchonna la blonde en gonflant les joues. »

Je me souvins tout à coup de son attitude étrange et je pris mon amie par le bras pour l’entrainer à ma suite. Nous nous précipitâmes à l’intérieur du stade et je nous entrainai directement devant la loge Anglaise. Le garçon avait eu cette réaction en observant le match de cette équipe, il ne pouvait pas se trouver ailleurs.

Et mon instinct ne me trompa pas. Nous le trouvâmes effectivement devant la porte. Mais ce dernier était à genoux par terre, seul, le regard rougi par les larmes, serrant contre son cœur le pendentif glacé contenant son Spiritual.




http://forum.duelingnetwork.com/index.php?/topic/157103-the-wrap-up-red-lust-circuit-series-miami-edition/#entry2134192
le bon temps…

heart earth
Modérateur
Messages : 10448


haut haut de page
[Fic]L'Avènement des Dieux, Rebirth posté le [30/06/2019] à 02:35

Chapitre 10 : Le spectre du passé



Spoiler :


Laura…Enfin je la retrouvais.

Cependant, quelque chose me dérangeait chez mon amie d’enfance. Son visage n’avait peut-être pas changé, mais son expression, elle, m’était inconnue. Celle qui m’avait sauvé n’avait plus ce sourire pur et sincère qu’elle arborait autrefois lors de ses duels. A la place, il n’y avait plus qu’une expression de satisfaction devant la terreur de son adversaire qui était sur le point…de perdre la vie dans ce combat, au sens propre du terme.

Ses vêtements étaient déchirés, il avait des bleus partout sur le corps et sa respiration était haletante, comme s’il luttait vraiment pour sa survie lors de ce combat. La peur se lisait dans ses yeux.

« S’il te plait, arrête, j’abandonne, je… »

Laura ignora les supplications de son pauvre adversaire tandis que des éclats de glace sombre le transpercèrent. L’homme fut repoussé contre la barrière du stade, inconscient…

Laura venait littéralement d’envoyer son adversaire aux urgences, mais elle ne bougeait pas, elle restait sur place, une satisfaction malsaine se lisant dans ses yeux émeraude.

Non, ce n’était pas Laura…Du moins, pas celle que je connaissais. Mon amie n’aurait jamais fait de mal à un adversaire consciemment. Il fallait que je la revoie, que je lui parle, que je sache ce qu’était devenue cette amie que j’aimais tant, que je sache où était passée la véritable Laura…

« Darksky, tu…

-Drago, prends ma place, le coupai-je. »

Dès que je vis mon ancienne amie quitter la scène sans se retourner, je courus jusqu’à la porte menant à la loge de l’équipe Anglaise, sachant que Laura serait obligée de passer par là et j’attendis.

J’étais bien plus anxieux à l’idée de découvrir une autre personne en face de moi que de revoir simplement le visage de Laura après tant d’années.

Qu’allais-je lui dire ? L’eau avait coulé sous les ponts depuis son départ. Marie avait été kidnappée, j’avais rejoint Hélios, exploré le monde aux côtés de ma partenaire de toujours, et à présent je me battais pour la fédération Ether aux côtés de Violet…

Mais elle… Nous avions promis de rester en contact et pourtant, je n’avais jamais eu de ses nouvelles pendant toutes ces années et je la retrouvais au service de Shadow…

J’étais conscient de ne pas avoir mené la vie la plus honorable et que j’étais bien mal placé pour donner des leçons…Mais Laura… Allait devoir s’expliquer.

Finalement, après une ou deux minutes d’attente, elle arriva. Elle avait conservé sa démarché élégante à laquelle venait se rajouter sa nouvelle carrure, accompagnée d’une prestance et d’une assurance nouvelles. Je me rendis également compte que je l’avais désormais dépassée en taille, de peu. Mais à part cela, je n’avais aucun mal à reconnaitre mon amie d’enfance…physiquement du moins.

Au fond de moi, j’espérais simplement me tromper, j’espérai revoir cette petite fille qui se jetterait dans mes bras à ma vue, qui rirait de nos retrouvailles, peut-être même pleurerait de joie…mais je ne me faisais que très peu d’illusion.

La personne qui arrivait dans ma direction n’était définitivement plus la même que celle que j’avais connue.

Laura pencha la tête sur le côté et l’espace d’un instant, ses yeux perdirent leur froideur pour retrouver leur éclat d’antan lorsqu’elle me vit. Un frisson me parcourut l’échine lorsque je croisais ce regard que j’aimais tant et je ne pus m’empêcher de sourire bêtement.

« Laura…

-Oh, mais que vois-je ? Darksky, qui aurait cru que nous nous retrouverions dans un endroit pareil…En fait, qui aurait cru que nous nous retrouverions tout court ? Railla Laura d’un ton sarcastique.

-J’y ai toujours cru moi, je savais que tu reviendrais, répondis-je avec assurance.

-Eh bien, l’espoir fait vivre, je suis heureuse pour toi ! Pour ma part, j’ai tourné la page, c’est pourquoi, j’ai été ravie de te revoir aujourd’hui, mais ce n’est qu’un adieu de plus. »

Lorsque Laura tenta de passer à côté de moi en m’ignorant, je lui attrapai le bras pour la forcer à m’écouter. Je ne savais pas ce qui clochait avec elle, mais je comptais bien faire revenir ma meilleure amie.

« Attends Laura, je crois que tu oublies quelque chose. »

Intriguée, elle s’arrêta et je sortis le pendentif de glace qu’elle m’avait offert quatre ans plus tôt et je le lui tendis. Une pointe de regret passa dans ses yeux, aussitôt effacé.

« Tiens, je dois te rendre ça comme promis.

-Tu…Tu as vraiment gardé cette vieillerie ? Murmura-t-elle. »

Laura baissa les yeux et lâcha un long soupir m’arrachant la pierre de glace des mains. Elle plongea son regard d’émeraude de longs instants dans la pierre bleutée et je crus sincèrement m’être trompée sur son compte, qu’elle n’avait pas changé dans le fond et qu’elle était restée la petite fille joyeuse et riante que j’avais connue par le passé…

Mais cette illusion se brisa…en même temps que la pierre de glace vola en éclat devant mes yeux. Laura…venait de détruire son propre Spiritual d’une

Je tombai à genoux, abasourdis alors que Laura jeta ce qu’il restait du pendentif à mes pieds avec dédain.

« Merci de me l’avoir rendu, je peux enfin m’en débarrasser grâce à toi.

-Qu’est-ce que…Pourquoi as-tu fait ça Laura ? Murmurai-je tristement. La personne que j’ai connue n’aurait jamais fait une chose pareille ! Où est passée cette petite fille que j’admirais tant !

-Cette petite fille a simplement grandi mon cher Darksky et elle s’est rendue compte d’une chose : tout ce en quoi elle croyait n’était que des rêves, des illusions, de faux espoirs, mais comme toutes ces chimères, elles finissent par mourir un jour !

-Tout…Même ce que tu m’as dit ce jour-là sur la falaise ? Je ne peux pas croire que ce n’était que des paroles en l’air Laura ! Répliquai-je en haussant le ton.

-Et pourtant…Je n’y croyais même pas moi-même… »

Lorsque Laura prononça cette phrase, elle détourna le regard mais je crus distinguer comme un voile de tristesse s’abattant devant ses yeux d’émeraude.

J’étais perdu. Totalement perdu. Et surtout brisé à l’intérieur. Comme si mon âme avait été éparpillée en un millier de fragments en même temps que le symbole de notre amitié.

Mon esprit était aussi confus que le jour où Marie m’avait été enlevée. J’avais du mal à aligner deux pensées cohérentes.

Était-ce vraiment Laura que j’avais en face de moi…Ou bien n’en avait-elle que l’apparence ?

Que lui était-il arrivé pendant ces quatre années pour qu’elle en soit venue à faire une telle chose ? Je ne pouvais pas croire une seule seconde que la petite fille souriante et joyeuse qui était mon amie m’ait menti tout ce temps. La menteuse dans cette histoire, c’était cette personne en face de moi qui prétendait être Laura mais qui refusait de l’admettre pour une raison qui m’échappait…

« Puisque nous serons amenés à nous revoir durant ce tournoi, tu devras t’y faire, Laura est morte il y a des années.

-Non, Laura est toujours là, juste devant… »

La jeune fille ayant l’apparence de mon amie m’interrompit et m’agrippa fermement par le col pour me soulever d’une seule main.

« Grandis un peu. Nous ne sommes plus des enfants. Il existe en ce monde des choses bien plus graves que la destruction d’un stupide caillou. Mais si tu es incapable de le réaliser, alors je te dis adieu ici. Evite de croiser à nouveau ma route, je ne serai pas aussi clémente qu’aujourd’hui, crois-moi. Si tu t’opposes à moi, je n’hésiterai pas à t’éliminer, ami d’enfance ou non, Michael. »

La jeune fille me relâcha en me plaquant contre le mur et tourna les talons. Je la vis s’éloigner de moi, sans se retourner, me laissant sur place, incapable de bouger tant j’étais choqué par son attitude.

J’étais en train de faire un cauchemar, j’allais me réveiller bientôt et Laura ne serait pas dans ce stade en train de combattre, mais en Angleterre en train de vivre des jours tranquilles et heureux…

J’avais beau essayer de me persuader, je fus obligé d’admettre la réalité, aussi dure fût-elle : Laura avait changé…

Lentement, je me mis à rassembler les morceaux de glace éparpillés sur le sol. Je n’arrivais plus à ressentir l’esprit de Trichiona désormais…

A chaque éclat que je prenais dans ma main, je me remémorais un souvenir particulier, un moment passé en compagnie de mon amie perdue…

« Pourquoi Laura…Que t’est-il arrivé…Murmurai-je en serrant tous les morceaux contre mon cœur. »

Tout à coup, une main se posa sur mes épaules et me sortit de mes tourments. Lorsque levai la tête, je pus apercevoir Drago, me lançant un regard compatissant, tandis que derrière lui, Angéla me regardait avec inquiétude.

« Darksky, tu…

-Je vais bien, l’interrompis-je en me relevant lentement. Désolé de ne pas avoir pu participer aujourd’hui…Je…Je me rattraperai…plus tard… »

Je ne voulais pas recevoir de leçon de morale, pas à ce moment-là. Mais alors que je tentais de m’éclipser, Drago resta obstinément devant moi.

Je n’étais pas d’humeur à lui déballer toute ma vie…Mais j’étais encore moins d’humeur à me fâcher avec les deux dernières personnes qui me considéraient encore comme un ami…non, comme un allié.

« Je venais de la retrouver…Et je l’ai perdue à nouveau…A tout jamais cette fois-ci…J’imagine que c’est mon châtiment pour m’être rallié à Hélios et laissé aveuglé par la haine…Lâchai-je sans conviction. »

Drago grimaça puis marqua un temps de silence, comme pour chercher ses mots et finit par déclarer d’une voix hésitante.

« Tu sais Darksky…Parfois, alors que l’on pense que certaines choses sont perdues à jamais…Elles réapparaissent au moment où l’on s’y attend le moins…Je ne peux pas te promettre que tu retrouveras ce que tu as perdu toi aussi…mais ne perds pas espoir comme je l’ai fait. Si tu crois à un miracle, alors il se produira… »

Le garçon, gêné, se mit à se gratter la joue et à me sourire bêtement en serrant les dents.

« Enfin, ce n’est pas aussi simple, sinon ça ne s’appellerait pas un miracle mais tu sais…enfin il y a des choses qui… »

D’un coup de pieds, Angéla dégagea le blond pour prendre sa place et m’attrapa le bras, comme pour m’entrainer à sa suite.

« Je ne comprends pas trop ce qu’il raconte mais il doit avoir raison ! Ça ne sert à rien de s’apitoyer sur son sort. Même quand la situation parait désespérée, il y a toujours un moyen de s’en sortir ! La preuve, je suis ici avec vous aujourd’hui !

-Merci de répéter ce que je viens de dire, grommela Drago. »

Je ne pus m’empêcher de sourire devant l’attitude de mes deux partenaires. Je voyais bien qu’ils étaient inquiets pour moi et qu’ils essayaient, maladroitement, de me remonter le moral.

Oui…J’avais peut-être perdu Laura, mais en contrepartie, j’avais gagné l’amitié de Drago et Angéla. Ensemble, nous allions vaincre Hélios et sauver Marie de ses griffes. Telle était la priorité que je m’étais fixée depuis toutes ces années. Je ne devais pas me laisser déborder par un torrent de sentiments.

Laura avait tout rejeté : son spiritual, son passé, et moi aussi, et cela, je devais m’y faire.

« Rentrons au château, finis-je par déclarer. Le tournoi ne fait que commencer, il serait ennuyeux de se faire sortir dès le deuxième tour par ma faute alors que vous avez passé le premier sans moi. »


Je passai la soirée à tenter de reconstituer le pendentif détruit, recollant tant bien que mal les morceaux entre eux. J’ignorais si Trichiona se trouvait encore à l’intérieur de ces éclats de glace, mais même s’il avait disparu dans les profondeurs d’Izrath, cette pierre était désormais le seul symbole que Laura et moi avions un jour été des amis inséparables. Il était hors de question de la laisser dans un état aussi déplorable.

Tout en effectuant ce travail d’orfèvre, les questions qui m’avaient rongé toute l’après-midi continuaient à me hanter l’esprit.

Et je repensais également au regard de mon ancienne amie…Il m’avait glacé le sang et me faisait penser à ce rêve que j’avais fait des années auparavant, juste après le départ de Laura. Elle avait cette même lueur froid et impitoyable dans ses prunelles, cette même soif de vengeance et cette même haine ardente qui brûlait dans ses pupilles d’émeraude.

« Et toi Saya, qu’en penses-tu ? Je t’avais parlé de Laura il y a longtemps, mais aurais-tu eu une idée, une piste qui expliquerait son comportement, toi qui avais toujours réponse à tout, toi pour qui le présent et le passé n’avaient pas de secret ? »

Seul le silence me répondit. Voilà que je me mettais à parler tout seul, j’avais vraiment besoin de m’aérer l’esprit pour ne pas devenir fou.

Laissant mon œuvre en suspens, je sortis donc dans le parc malgré l’heure tardive. Dehors, l’air était frais mais pas désagréable, et un vent léger soufflait dans les feuilles des arbres dont les branches, ondulant lentement, projetaient de grandes ombres mouvantes sur l’immense pelouse bordant le parc du château.

Il n’y avait que très peu d’étoiles dans le ciel. un fin croissant de lune éclairait faiblement le sombre sur lequel un fin nuage était resté accroché, seul au milieu de la nuit noire.

Il n’y avait pas un bruit, mais le silence n’était pas oppressant pour autant. C’était un silence doux, apaisant, normal pour une soirée de printemps.

Je restai là, assis sur le parvis du château pendant de longues minutes, l’esprit perdu dans mes souvenirs, le regard plongé dans l’horizon.

Des bruits de pas derrière moi finirent par me tirer de mes pensées et je me retrouvai nez à nez avec le professeur Ryoko.

« Oh, bonsoir Darksky, dis-moi, tu veilles tard pour quelqu’un qui a un match demain.

-Je ne suis pas le seul à veiller tard alors que j’ai des responsabilités, lui répondis-je avec un léger sourire.

-Tu n’as pas tort, je devrais montrer l’exemple en tant qu’adulte, s’amusa le professeur. »

Ryoko alluma une cigarette et vint s’asseoir à côté de moi, à ma plus grande surprise. Au début, il ne dit rien, se perdant tout comme moi dans l’obscurité de la nuit mais finit par reprendre la parole, d’une voix bien plus grave et sérieuse qu’auparavant.

« Darksky, j’ai une question à te poser : Est-ce que tu n’aurais pas une sœur du nom de Marie par hasard ?

-S…Si, comment le savez-vous ? M’étranglai-je avec ma propre salive. L’auriez-vous vue ? Si vous savez quelque chose, je vous en supplie, dites-le-moi !

-Oui, je l’ai croisée aux côtés d’Hélios alors qu’il me forçait à travailler pour lui pour obtenir le secret de la Shungite. Ne t’inquiète pas, elle ne semblait pas mal en point. A vrai dire, je me suis même demandé si elle n’était pas son alliée tant elle lui parlait familièrement…

-Ma…Ma sœur…Une alliée d’Hélios ? C’est tout bonnement impossible !

-Oui, je le sais bien, me rassura-t-il. Je voulais simplement te dire qu’elle ne court à priori aucun danger.

-Je…Je vois…Merci, ce que vous dîtes me rassure un peu. J’étais vraiment inquiet à son sujet…

-Quoi de plus normal que de s’inquiéter pour ses proches quand ceux-ci ont encore une chance de revenir? … »

Le professeur, après cela, lâcha un long soupir et un nuage de fumée s’échappa de sa bouche alors qu’il souriait tristement en regardant le sol.

« Dites…Je sais que c’est indiscret… mais pourquoi combattez-vous à nos côtés ? Je veux dire, vous ne faites pas cela uniquement pour votre ancienne élève, je me trompe ?

-Pourquoi ? Pour cette émotion impure qui nous force à commettre des choses stupides qu’est la vengeance j’imagine…

-La…vengeance ?

-Je ne combats pas Hélios comme vous. Celui que je vise…C’est son second, Éric Sawyer, le fils de l’homme qui m’a tout pris…Ma femme, ma fille sur le point de naitre, ma réputation, mes élèves, et même ma propre académie…Tout cela, balayé en une seule nuit par les ambitions démesurées d’un seul homme… Je pensais pouvoir tirer un trait dessus et reprendre ma vie en la consacrant aux autres victimes de la catastrophe, tout comme cette chère Violet l’a fait… Mais lorsque j’ai appris que le fils de cet assassin suivait le même chemin que son père… la rage a repris le dessus… »

Le poing de l’homme se serra et il mordit à pleine dent dans sa cigarette. Puis, lâchant soupir, il la jeta sur les marches et l’écrasa sous son pied avant de plonger son regard vers le bout de papier encore fumant et rougeoyant dans la pénombre de la nuit.

« C’est vrai, j’avais failli oublier… Tu n’aimais pas me voir fumer, Hakaze. »

Sur ces mots, le professeur se releva et ouvrit la porte du manoir pour rentrer se coucher en me laissant seul sur le parvis. Cependant, avant de disparaitre, il se retourna et s’adressa de nouveau à moi.

« Sauve ta sœur, Darksky. Car si tu échoues…tu finiras comme moi, rongé par la culpabilité et par le désir de vengeance. »

Oui. Je le savais. C’était exactement ces deux sentiments qui avaient guidé mes actions ces dernières années, alors que je combattais pour Hélios. Je ne cherchais pas à sauver ma sœur. Je ne cherchais qu’à devenir plus fort pour me venger de celui qui avait détruit nos vies. Si je n’avais pas rencontré ma partenaire en la personne de Saya, je n’aurais sans doute jamais ouvert les yeux et j’aurais continué dans cette voie sans issue jusqu’à la fin…


Pendant toute la journée du lendemain, mes yeux étaient rivés Laura qui écrasait ses adversaires un par un sans aucune pitié ni remords. Son équipe, l’équipe Anglaise, devait affronter celle d’Hélios à la fin de la journée si ceux-ci se qualifiaient, ce qui allait presque de soi.

Au fond de moi, je me sentais coupable pour les actions de mon ancienne amie, car je sentais que, si elle avait changé de la sorte, c’était à cause de moi, parce que je n’avais pas donné signe de vie après son départ…J’aurais pu garder le contact, prendre de ses nouvelles par mail ou même lui envoyer une lettre de temps à autre, ce n’étaient pas les moyens qui manquaient…mais je n’avais rien fait du tout, comme si je l’avais oubliée…

Les matchs s’enchainèrent, les favoris du tournoi sortirent sur un abandon d’Hiroki, dont le Spiritual refusait de se battre car « il ne voulait pas blesser cette donzelle au cœur pur qui faisait battre ce petit cœur de lui » selon ses propres mots.

Nous réussîmes quant à nous à nous qualifier sans trop de difficulté. Battre ces amateurs n’était qu’un jeu d’enfant comparé à l’entrainement que j’avais subi dans l’armée d’Hélios, si bien que nous nous hissâmes directement vers la finale.

Cependant, le match tant redouté qui allait opposer Hélios à Shadow arriva bien plus rapidement que prévu.

Avec une froideur et une force inimaginable, Laura écrasa son adversaire qui n’était autre que le général d’Hélios, Éric Sawyer.

Le Spiritual du général disparut dans un déluge de glace noire tandis que la version sombre de Trichiona se jeta sur ce dernier et le projeta violemment contre les parois du stade, qu’il traversa comme du papier, sous les regards abasourdi et effrayés de la foule silencieuse.

Personne ne semblait pouvoir arrêter la nouvelle Laura, cependant, je refusais de la laisser dans cet état, c’est pourquoi, je m’étais résolu à cette solution. Je devais l’arrêter moi-même, autant pour la sécurité de tous que pour mes propres convictions. Je refusais de laisser cette personne qui avait pris l’apparence de mon amie semer le chaos. Et pour cela, je comptais bien l’affronter…et la vaincre une bonne fois pour toute, amie d’enfance ou non.





http://forum.duelingnetwork.com/index.php?/topic/157103-the-wrap-up-red-lust-circuit-series-miami-edition/#entry2134192
le bon temps…

heart earth
Modérateur
Messages : 10448


haut haut de page
[Fic]L'Avènement des Dieux, Rebirth posté le [01/07/2019] à 02:45

Chapitre 11 : Le réveil du titan



Spoiler :



Alors nous y étions. Dans quelques minutes à peine allait débuter le combat qui devait marquer le commencement de tout.

Pour être franc, j’étais anxieux. Non pas à l’idée de voir deux chefs de guerre se livrer un combat sans merci…mais l’image du dragon d’Hélios continuait à hanter mes souvenirs.

Certes, nous l’avions réaffronté au Louvre et nous étions sortis plus ou moins victorieux… Mais c’était Darksky qui s’était battu et non le roi fou.

Cette fois-ci, il n’y avait aucune alternative. Hélios allait se battre, devant les yeux de milliers de personnes, de milliers de victimes potentielles, de milliers de spectateurs inconscients du danger qui les attendait.

Violet elle-même redoutait tellement ce moment que le matin même, elle avait érigé à l’aide des membres de la fédération, une barrière protectrice tout autour du stade, mais je doutais sincèrement de son efficacité.

En cas de problème, nous avions promis de nous occuper d’Hélios et de protéger les spectateurs pour ne pas mettre en péril la réputation de la millionnaire… Mais pouvions-nous réellement faire quelque chose ?

C’était à peine si nous parvenions à vaincre nos adversaires qui n’étaient rien d’autre que des étudiants pour la plupart… Comment pouvions-nous réellement prétendre avoir la force de protéger plus de 80 000 personnes d’un roi fou possédant un pouvoir provenant du fond des âges ?

C’était de la folie. Ni plus ni moins. Alors pourquoi étais-je encore ici, dans ce stade où un drame imminent se préparait, si je pensais mourir ? Je ne le savais pas moi-même. Ma conscience m’interdisait simplement de prendre mes jambes à mon cou et de laisser Angéla et Darksky combattre seuls…

Afin d’évacuer la pression que je supportais sur mes épaules, j’avais décidé d’aller acheter quelque chose à boire au distributeur. Je fus assez surpris de voir tomber une cannette de coca identiques à celles que j’avais l’habitude d’acheter dans mon monde.

Je pris la boisson gazeuse avec un petit sourire aux lèvres. Décidément, tout semblait identique en tout point à mon monde, et pourtant, c’était comme si j’avais atterri dans un de ces mondes fantastiques décrits dans les livres, remplis de créatures plus étonnantes et dangereuses les unes que les autres. Peut-être était-ce cette similarité si troublante qui m’empêchait d’abandonner ce monde à son sort…

Cependant, alors que je buvais tranquillement cette boisson si familière, je reçus une grande claque dans le dos, si forte qu’elle me coupa la respiration et m’obligea à tout recracher avant de tousser pour tenter de reprendre un peu d’air.

Je me retournai, d’autant plus furieux lorsque je vis le visage joyeux et amusé d’Angéla, visiblement fière d’elle-même.

« Eh Drago, tu en tires une tête, tu es tombé amoureux de la ténébreuse Laura ? Me lança-t-elle malicieusement.

-Tiens, comment tu as deviné ? Lui répondis-je ironiquement.

-Mon cher Drago, sache qu’on m’appelait la reine de cœur à l’école !

-Sérieusement ? Demandai-je, désespéré.

-Evidemment que non, le ridicule ne tue pas mais y contribue beaucoup, répliqua Angéla, gardant cet éclat de malice dans ses yeux.

-Tu viens de mélanger deux expressions différentes, soupirai-je, oubliant mon énervement.

-La nouveauté Drago, les grands de ce monde sont ceux qui innovent ! Me répondit-elle avec un clin d’œil.

-Tu es vraiment comme ça tous les jours à l’école ? Tu me rappelles… »

Encore. Je bloquais encore sur ce nom qui pourtant aurait dû m’être si familier. C’était frustrant. Vraiment frustrant. Ce sentiment d’oublier quelque chose de très important, de capital même. Mais plus je me concentrai pour retrouver ce nom, plus mes souvenirs devenait brumeux et flous.

« Drago, tu es sûr que tu n’es pas tombé amoureux de Laura ? Reprit la blonde en claquant des doigts devant mes yeux.

-N…Non, ce n’est rien…Enfin je crois. Je viens simplement…de repenser à quelqu’un qui m’est cher…Une…amie…

-Une amie chère à tes yeux ? Répéta Angéla. »

Le visage de la jeune fille s’était soudain assombri et elle baissa la tête vers le sol en serrant le poing. Je ne compris évidemment pas sa réaction, même si je me doutais bien que je venais sans m’en apercevoir d’évoquer un point sensible chez ma partenaire.

« Dis…Angéla…Il serait peut-être temps de retourner dans les stands, tu ne crois pas ? Lui demandai-je prudemment.

-Oui…Vas-y d’abord, je te rejoins… »

Gêné, je commençai à m’éclipser, mais en me retournant, voir Angéla, d’ordinaire si joyeuse, si abattue tout à coup, me fit mal au cœur, si bien que je ne pus me résoudre à la laisser seule et je fis demi-tour. « Tu sais Angéla, si tu as besoin de te confier à quelqu’un… »

Mon amie releva la tête et me lança un léger sourire avant de répondre :

« Non Drago, ça ira, merci, mais je ne veux pas t’impliquer dans mes problèmes…Je dois apprendre à me débrouiller seule…sinon, tu risques de finir comme elles…Murmura Angéla.

-Comme…Elles ? Répétai-je sans comprendre.

-Non, ne t’occupe pas de ça, je t’embêterai avec mes histoires ennuyeuses un autre jour, pour le moment, on a un match à aller voir ! Reprit la jeune fille, retrouvant son visage rayonnant. »

Mon amie, ayant repris son entrain habituel, m’entraina à sa suite tandis que la voix du présentateur annonçant la reprise des matchs retentissait dans le stade.

Cependant, je venais de découvrir un visage d’Angéla que je ne lui connaissais pas jusque-là, un visage rongé par le remord et la peine. Contrairement à Darksky, elle cachait ses regrets derrière ce masque représentant la jeune fille insouciante et joyeuse qu’elle avait dû être autrefois alors que, au fond d’elle, elle devait ressentir exactement la même chose que nous.

Si jusque là je ne la trouvais que légèrement agaçante bien qu’étrangement sympathique et ouverte avec moi, un inconnu total trouvé dans la rue, je me pris à me penser qu’elle était également incroyablement forte.

Être capable d’arborer cette attitude rayonnante même dans la douleur était quelque chose qu’il m’était inconcevable de faire, et il devait en être de même pour Darksky. Angéla possédait vraiment quelque chose de rare et précieux. Cette inconscience de la réalité était sans nul doute son plus grand atout.

Lorsque nous arrivâmes à nos places, je remarquai que Darksky n’avait pas bougé et continuait de fixer cette fille, Laura, se trouvant dans les stands adverses, les bras croisés sur sa poitrine, le regard froid et impitoyable. Cependant, il fut sorti brutalement de sa torpeur lorsqu’Angéla le réveilla avec la même claque violente qu’à moi.

« Qu’est-ce que…Angéla, ça ne va pas ? J’aurais pu être en train de manger et je serais mort étouffé par ta faute ! S’écria Darksky, furieux.

-Bah, tu n’étais pas en train de manger visiblement sinon je t’aurais prévenu en arrivant, lui répondit-elle en haussant les épaules.

-Oui, enfin, si tu pouvais prévenir quand les gens boivent, ça ne serait pas mal non plus…Marmonnai-je en repensant aux deux euros perdus par sa faute. »

Alors que Darksky et Angéla continuaient à se disputer, je sentis une présence à mes côtés. Il ne me fallut que quelques secondes pour réaliser qu’une fois de plus, ma sœur était apparue sans prévenir. J’ignorais si mes deux partenaires pouvaient la voir mais cela était bien le dernier de mes soucis à ce moment-là. Car je savais que si Théa apparaissait, l’heure n’était plus à la plaisanterie.

Par réflexe, je saisis le pendentif que je portais autour du coup, le sceptre Héqa, priant pour qu’il me soit utile.

« Alors nous y sommes ? Lança ma sœur en fixant le stade. A votre place, j’aurais tout arrêté mais il est trop tard pour cela j’imagine. J’espère sincèrement que vous savez ce que vous faites.

-Je…Je crois…Répondis-je, vraiment peu assuré.

-Il n’y a pas de « je crois » qui tienne aujourd’hui, rétorqua sévèrement ma sœur. Tu te dois d’être prêt, l’erreur n’est pas permise.

-Je sais bien Théa…mais je n’ai pas été préparé à ça. Il y a encore quelques jours, je n’étais qu’un lycéen ordinaire et voilà où je me retrouve… »

Ma sœur se tourna vers moi et me couvris d’un regard compatissant qui me redonna un peu de force. Etant enfant, elle me consolait souvent avec ce même regard qui m’apaisait toujours. C’était un peu comme une berceuse que j’aurais pris l’habitude d’écouter pour me calmer.

« Tu sais, même moi je n’étais pas préparée à ça, mais tu t’en es très bien sorti pour le moment et je sais que tu t’en sortiras encore une fois, j’ai foi en toi Drago.

-Et bien moi, je n’ai aucune foi en moi-même, lui répondis-je, craignant toujours le pire pour ce tournoi. Sans ces Shungites, je me serais fait sortir en moins d’une minute…

-Tu sais, la Shungite n’est pas un pouvoir à proprement parler. Ce n’est qu’un artifice, un catalyseur destiné à libérer ton potentiel intérieur. Si tu as pu remporter cette victoire, ce n’est pas grâce à une arme extérieure mais grâce à ton propre pouvoir. Je suis persuadée que tu as la force nécessaire pour accomplir cette tâche que j’ai été incapable de mener à bien. »


Soudain, des exclamations s’élevèrent depuis la foule et, levant la tête au ciel, je vis comme un point noir tombant directement du sol et se rapprochant à grande vitesse de nous : Hélios. Malgré sa chute de plusieurs mètres, le roi atterrit délicatement sur ses pieds, sans aucune égratignure et en soulevant un épais nuage de poussière tout autour de lui.

Ce type était décidément doué pour l’apparat. Pour sa première apparition en public, Hélios avait décidé de sortir ses plus beaux habits : sa cape pourpre était incrustée de pierres précieuses reflétant la lumière du soleil, le rendant presque impossible à regarder à cause de la lumière qu’elles produisaient. Sa cape n’était pas la seule chose brillante, puisque sa couronne n’était pas en reste, dorée et elle aussi, parsemée de joyaux. Son armure, quant à elle, semblait avoir été polie à un tel point qu’il était presque possible de voir son reflet à l’intérieur.

Etrangement, Hélios se comporta comme n’importe quel participant, souriant à la foule et saluant les spectateurs d’un geste de la main avec un large sourire sur les lèvres. A le voir ainsi, on aurait pu penser à un simple concurrent un peu excentrique et aimant se faire remarquer.

J’avais vraiment du mal à cerner notre ennemi. Tantôt il était sanguinaire et sans merci, comme lors de nos précédents affrontements, et tantôt, il se comportait comme n’importe qui, à croire qu’il existait deux Hélios radicalement opposés.

A ce moment-là, je m’attendais à voir débarquer Shadow à tout moment et mon cœur s’accéléra. Je n’avais aucune idée de l’apparence du mystérieux homme.

Je l’imaginais grand, baraqué, le visage carré et parsemé de cicatrices, un peu comme un boxeur, ou bien avec un visage irréprochable sur tous les points, comme les supers héros de comics. Cependant, après plusieurs secondes d’attente, personne ne se présenta sur la scène…

Cependant, les minutes passèrent et Hélios resta seul au milieu du stade, ricanant de la situation.

« Ce trouillard a pris la fuite à ce que je vois. Ça ne m’étonne pas de lu, déclara le roi en haussant les épaules. Il a enfin compris qui était le plus puissant. C’est donc une nouvelle victoire pour le seigneur soleil…

-Veuillez excuser mon retard, dit soudain une voix surgissant de nulle part, interrompant Hélios dans son monologue. »

Un nuage passa à ce moment devant le soleil et la luminosité baissa drastiquement tandis que tous les regards cherchèrent l’origine de cette mystérieuse voix.

C’est alors qu’un homme apparu en plein milieu du stade, surgissant de nulle part, comme un fantôme. Hélios eut un mouvement de recul mais se reprit très vite. Je vis également Darksky tressaillir à l’arrivée de cet homme. Mais qui n’aurait pas été surpris devant lui ? Même Angéla avait blêmi, elle qui était d’ordinaire si imperturbable face aux démonstrations de force.

« Voyez-vous ça, le grand Shadow décide enfin à pointer son nez, j’ai failli attendre. »

Alors ce type…était Shadow ? Il était assez différent de ce que j’imaginais en réalité. Il était certes grand, mais son visage était celui d’un homme d’une quarantaine d’année, au menton assez large mais aux traits plutôt fins. Sa coiffure était assez singulière également. Aucun cheveu ne dépassait de son front excepté une grande mèche tombant pile entre ses deux yeux et descendant jusqu’à son nez, tandis que de nombreux épis en bataille partaient vers l’arrière de son crâne.

Il portait un long manteau sombre descendant jusqu’au niveau de ses genoux et surmonté d’une sorte de coiffe de plumes grises au col et à ses extrémités.

Même s’il semblait bien cynique envers son adversaire, dans les yeux verts comme l’émeraude de l’homme se lisait toute la haine du monde envers le roi fou.

« Ne te plains pas, Hélios. Tu n’as attendu que quelques minutes alors que moi, j’attends déjà depuis trois ans…l’heure où je pourrai te rendre ce que tu nous as fait ! S’écria Shadow, d’une voix emplie de mépris.

-Allons, allons, tu sais très bien aussi bien que moi que tu n’es pas tout blanc dans cette affaire, monsieur l’émissaire, lui répondit Hélios sans perdre son attitude insouciante. »

Les yeux de l’homme au manteau noir s’enflammèrent lorsqu’Hélios prononça ces mots. La tension était vraiment palpable entre les deux hommes. Ils semblaient avoir un lourd passé en commun, parsemé de différents.

Je me tournai vers Darksky pour trouver quelques réponses, mais il semblait être retombé en transe devant l’affrontement, et les tentatives d’Angéla pour le réveiller ne semblaient pas fonctionner très fort, si bien que je décidai d’abandonner pour le moment.

Alors que les deux combattants s’éloignaient l’un de l’autre en vue du début de leur affrontement mortel, mon cœur battait la chamade dans ma poitrine. Je retenais ma respiration. Mes doigts tremblaient comme des feuilles. Je suais à grosses gouttes et Théa, celle qui devait me servir de guide, n’était pas dans un meilleur état que moi.


https://www.youtube.com/watch?v=Im3HSYzW258


Sur l’écran géant, un compte à rebours apparut. 10 secondes… Nous n’avions plus que dix secondes avant la catastrophe…

Angéla se raidit et se mit en garde, prête à intervenir.

9

Une Shungite atterrit dans ma main et je me tins prête à la briser au premier écart.

8

Darksky activa ses pouvoirs et deux serres prirent la place de ses mains.

7

Violet activa la barrière de protection qui recouvrit le stade tel un fin linceul transparent et fragile.

6, 5

Ma sœur toucha mon pendentif du doigt et il s’illumina d’une lueur à la fois sombre et éclatante.

4,3,2

Le compte à rebours semblait s’accélérer, en même temps que mon cœur sur le point de lâcher.

1

Je lançai un dernier regard à mes partenaires…Puis une sonnerie retentit tandis que le zéro fatidique s’afficha à l’écran.

Au même moment, le visage d’Hélios se fendit d’un rictus maléfique et une aura sombre se mit à flotter tout autour de lui.

Je levai précipitamment la tête et je retins ma respiration : ce que je redoutais arriva. Lentement, le soleil disparaissait derrière l’astre de la nuit. Je me tournai vers Angéla et Darksky et eux aussi grimaçaient en voyant l’éclipse.

Le vent se mit à souffler, puissant et glacial, dénué de vie, presque un blizzard n’apportant que la mort et la désolation. Dans mon monde, une éclipse était quelque chose de normal, un phénomène naturel, mais cette fois-ci, elle avait l’air d’apporter quelque chose d’autre avec l’elle…

Sur le terrain, Hélios se mit à rire et un hiéroglyphe apparut dans son œil. Shadow recula, soudainement inquiet devant les événements.

-Enfin, l’heure est venue, ce que nous attendons depuis maintenant cinq mille ans est sur le point de commencer !

-Nous ? Qu’est-ce que tu racontes Hélios ? As-tu perdu la tête ? S’écria Shadow, perdant son sang-froid.

-Il arrive…Murmura Darksky, fronçant les sourcils.

-Ennemi du soleil, empereur des ténèbres, Divinité maudit de ses pairs, je brise tes chaines qui t’emprisonne et t’ordonne de me donner ta puissance ! Fais trembler ce monde qui t’a injustement banni, Apophis !

-Apo…Phis tu dis ? Bégaya Shadow, blême.

Je vis l’espace entre Shadow et Hélios commencer à se distordre, et une brèche s’ouvrit de nulle part, ne laissant entrevoir qu’un espace rempli de ténèbres impénétrables et d’où la lumière ne pouvait s’échapper. Dans le ciel, la lune avait presque entièrement recouvert le soleil de son ombre et seuls quelques faibles rayons parvenaient encore jusqu’à la terre, nous plongeant dans une obscurité quasi-totale.

Dans les gradins, certains spectateurs commencèrent à prendre peur et tentèrent de partir mais immédiatement, des hommes masqués bloquèrent toutes les sorties, empêchant toute fuite et Hélios se tourna vers la foule, un grand sourire aux lèvres.

-Vous n’allez tout de même pas déjà partir alors que le meilleur est encore à venir !

-Hélios ! S’écria Darksky en frappant la rambarde du stade avec colère.

Dans les yeux de Shadow, on pouvait lire non pas de la peur mais de la haine, comme si l’invocation d’Apophis le rendait furieux.

Je m’apprêtai déjà à intervenir pour mettre fin à tout cela, mais Angéla me retint par le bras et me plaqua au sol.

Un instant plus tard, une violente explosion retentit et balaya notre stand tout entier. Une lumière noire illumina le stade, une boule de feu sombre rasa la pelouse et pendant de longues seconde, tout fut plongé dans le chaos.

La barrière de Violet vola en éclat et des cris de terreur prirent la place des exclamations d’étonnement. Le public avait compris. Il ne s’agissait pas d’un simple spectacle. C’était un combat à mort, et quiconque se trouvait entre les deux hommes n’était qu’une brindille sur leur chemin.

Je m’accrochai tant bien que mal au sol, sous peine d’être balayé moi aussi. Si une bombe nucléaire avait explosé à proximité, je pense sincèrement que cela aurait eu les mêmes conséquences.

Je voulus me relever et braver le cyclone pour protéger les spectateurs mais Angéla me retint à nouveau par le bras.

« Drago, ne fais pas ça, tu ne connais pas le pouvoir d’Osiris, il pourrait se retourner contre toi !

-Mais si je ne fais rien…

-Crois-moi Drago, ne joue pas au héros inconscient. Si les choses tournent mal, tu pourrais le regretter toute ta vie ! Ne fais pas…La même erreur que moi… »

Je m’arrêtai net. Même si ma conscience me disait d’intervenir, les paroles d’Angéla me refreinèrent. Je ne savais pas ce qu’elle avait vécu mais elle semblait avoir bien plus d’expérience que moi en matière de combat et je décidai donc de me fier à son jugement…et d’attendre.

Soudain, le vent dévastateur se calma et je crus que tout était terminé. Mais je me trompais lourdement.


https://www.youtube.com/watch?v=k3MoKDa-Lzs


Dans la brèche, deux yeux minuscule yeux jaune où se lisaient le mal apparurent. Le sol se mit à trembler, la lune cacha entièrement le soleil, plongeant le stade dans un noir total. La seule source de lumière était ces yeux jaunes sortant de la brèche.

Puis la brèche se mit à s’élargir et laissa passer un long corps de serpent bleu comme la nuit semblant infini, aussi large qu’une baleine bleue. Ses écailles luisaient d’un faible éclat mauve tandis qu’une épaisse fumée grise émanait de son corps…et des flammes qui consumaient tout ce qui avait le malheur d’entrer en contact avec la créature divine.

D’un coup de queue dévastateur, le monstre frappa le sol et un séisme ébranla les gradins. De nouveaux cris de terreur s’élevèrent alors que les tribunes commencèrent à s’effondrer et que des gens disparurent par centaines dans les entrailles de la terre.

« Eh…Dites-moi…Que c’est une blague…Murmura Angéla, pâle comme un linge, ayant perdu toute sa résolution d’un seul coup. Cette chose…Est réellement un Spiritual ? »

Je ne rêvais. J’étais au milieu d’un cauchemar. Et ce cauchemar portait le nom d’Apophis, le dieu déchu mythologique…non, le dieu déchu de chair et de sang désormais contrôlé par l’homme le plus dangereux sur cette terre.

Nous avions…Perdu.






http://forum.duelingnetwork.com/index.php?/topic/157103-the-wrap-up-red-lust-circuit-series-miami-edition/#entry2134192
le bon temps…

Pages : 1 2 3 4 5 6